Québec psychologique

Enfants doués

Enfants doués

Les enfants doués ont aussi des besoins spéciaux

Selon une étude américaine du docteur John Deslisle, de l’Université de Kent State,  40 pour cent des enfants qui arrêtent leur cours secondaire sont les surdoués. Et plusieurs d’entre eux tentent de se suicider.

« Les enfants doués ont des besoins aussi spéciaux que les enfants handicapés intellectuellement », dit le professeur Bruce Shore, directeur du Centre de recherches pour la douance de l’Université McGill. Avec lui, le Québec rattrape son retard dans la connaissance et le traitement des problèmes des enfants doués, ceux que l’on nommait autrefois des « surdoués ».

« Surdoué » n’a plus aucune valeur de nos jours. En 1990, le très sérieux Le Petit Robert, dictionnaire de la langue française, édite un nouveau mot pour définir les talents des enfants doués : la douance. Créée en 1980 à Montréal, à partir des termes « doué » et « enfance », cette expression fera désormais loi chez les enseignants et les psychologues du monde entier.

« Je n’aimais pas le mot « surdoué », car il faisait référence à une élite », explique Bruce Shore, l’un des pères de la « douance ». «Traditionnellement, on disait qu’un enfant était doué à cause de son quotient intellectuel supérieur à la normale. Maintenant, les tests sont beaucoup plus complets. Ils tiennent compte en plus du potentiel de créativité, de la logique, du raisonnement, de l’analyse et de la synthèse».

M. Shore illustre ses propos en prenant l’exemple du test suivant : Il met des enfants en face de plusieurs pots remplis d’eau et leur demande de transvaser le liquide de telle façon que deux pots seulement soient pleins à égale quantité au bout de la série. « Il y en a qui arrivent au résultat très vite, dit-il, en suivant un processus simple et rapide. En revanche, certains enfants se livrent à des calculs compliqués, font des manœuvres incroyables. Ces enfants ont une logique différente. Ils se font plaisir en se créant des défis pour atteindre leur but. Il y en a même qui me proposent un nouveau problème à résoudre.

Il y a encore cinq ans, ce test n’aurait tenu compte que du résultat final, en demandant à l’enfant de répondre dans une limite précise de temps. Maintenant, le test respecte la liberté de celui qui le subit : l’examinateur veut connaître toutes les possibilités du petit doué.

Les nouvelles recherches de pointe en douance se traduisent donc par des tests qui doivent révéler la personnalité et l’intelligence en même temps. Elles créent de nouvelles techniques d’enseignement.

enfants en danger

Enfants surdoués, sont-ils en danger? Photo : © Tous droits réservés GrandQuebec.com

En effet, environ 200 écoles, réparties à travers le Canada, font appel à des consultants en douance. Ce sont des personnes ressources, chargées de développer des programmes spéciaux pour les enfants au sein de leur formation scolaire. Ils doivent, en quelque sorte, créer une nouvelle clause avec des élèves qui leur sont référés soit par leurs collègues enseignants, soit par les parents. L’intérêt des cours réside dans leur contenu.

Liette est consultante dans une école publique de la Rive-Sud. Depuis trois ans, elle développe des programmes de défi pour environ 500 jeunes, âgés de 11 à 16 ans. « Dans les cours réguliers, les élèves font du bourrage de crâne. Dans notre classe, ils ont l’opportunité de mettre en pratique ce qu’ils apprennent. Avec des professeurs, nous créons des ateliers par groupes de 12 enfants. Par exemple, ceux qui s’intéressent aux sciences monteront leur propre atelier. D’autres sont passionnés par la musique : avec l’aide de notre professeur de musique, ils créeront et produiront une comédie musicale, comme s’ils étaient une vraie troupe de spectacle.

(Texte publié le 5 août 1989).

3 Comments

  1. Judith

    2014/05/01 at 9:40

    Bonjour, j’ai un enfant surdoué (10 ans). Il a déjà sauté une année mais il faudrait qu’il en saute encore une autre car il a déjà complété sa 6ieme année. On nous dit que c’est impossible car on ne peut pas compléter le primaire en moins de 5 ans!! Quoi faire?? C’est comme si je devais lui faire doubler sa 6ieme?? Il a déjà fait des tests avec une neuropsychologue avec des résultats assez rare!! Nous ne savons plus quoi faire?? C’est une exception et il ne faudrait pas faire de vagues et pas grand chose à faire!! Je suis un peu découragée, le système scolaire n’est pas fait pour des enfants comme ça! Des solutions??

  2. Morrigana

    2014/12/03 at 7:54

    C’est pas facile, votre histoire. Je vous souhaite bonne chance!! Et ne vous inquiétez pas trop 😉

  3. Morrigana

    2014/12/03 at 8:07

    Aussi, la neuropsychologie est différente de la neurologie. Vous pourriez peut-être aussi essayer l’Institut Neurologique de Montréal. Moi je vous comprends très bien, mais c’est pas pareil… j’ai un ado qui sort tout le temps, est super impoli, méchant, change de blonde chaque jour, se bat à l’école et je soupçonne même qu’il prend de la drogue avec des amis douteux! C’est pas facile avoir des enfants! Son père est pareil, ils sortent ensemble et se soûlent la geôle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>