Québec psychologique

Pour l’amour du stress

Pour l’amour du stress

Pour l’amour du stress

La spécialiste en neurosciences étudie l’effet du stress sur le cerveau.

Que celui qui n’est pas stressé se lève ! Le stress s’infiltre dans tous les pores de nos vies.

D’après Sonia Lupien, cependant, ce n’est pas nécessairement une mauvaise nouvelle. « Nous avons besoin du stress pour survivre. » Mais attention, avec modération. Sinon, le cerveau proteste.

Mme Lupien est professeure de psychiatrie à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Elle dirige le Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine ainsi que le Centre d’études sur le stress humain (stresshumain.ca).

Elle est aussi titulaire de la Chaire de recherche sur la santé mentale des femmes et des hommes des Instituts de recherche en santé du Canada.

Il y a 20 ans, Sonia Lupien observait que l’hippocampe des personnes âgées présentant des niveaux élevés d’hormones du stress était plus petit que la normale et que leur mémoire s’en trouvait affaiblie. Depuis, elle se penche sur les causes, les répercussions et les traitements du stress.

« La plupart des gens associent le stress au manque de temps disponible pour effectuer toutes leurs tâches. Ce n’est pas exact », observe-t-elle. La chercheuse remet les pendules à l’heure en énumérant les quatre facteurs qui provoquent le stress : la nouveauté, le caractère imprévisible d’une situation, le sentiment d’une perte de contrôle et la menace à l’égo. Vu sous cet angle, le stress se fera davantage sentir chez des populations vulnérables, à commencer par les personnes âgées et les enfants.

Mme Lupien a aussi constaté que l’environnement socioéconomique peut être une grande source de stress pour les enfants. Ainsi, une de ses enquêtes effectuée auprès de 500 jeunes âgés de 6 à 16 ans et issus d’un milieu défavorisé a démontré qu’ils sécrètent des taux decortisol (une hormone du stress qui trouve son chemin jusqu’au cerveau en 10 minutes à peine) deux fois plus élevés que les autres. Leur mémoire, mais aussi leur capacité à apprendre, s’en trouve altérée et la croissance de la structure cérébrale peut même être stoppée. Pas surprenant que le décrochage montre alors le bout de son nez.

Une vulgarisatrice hors pair

Mais à quoi bon accumuler toutes ces connaissances si elles restent entre les mains de quelques experts ? Sonia Lupien est profondément convaincue de l’absolue nécessité de vulgariser ses résultats de recherche. Elle est d’ailleurs elle-même une vulgarisatrice hors pair.

On lui doit, entre autres, les programmes Mon fantastique cerveau pour les enfants et Dé-stresse et progresse pour les adolescents. De plus, elle a récemment élaboré Stress et Cie pour éduquer les travailleurs sur le stress. Elle a aussi publié en 2010 Par amour du stress, aux Éditions Au carré, un ouvrage qui s’adresse au grand public.

Un prof marquant

Sonia Lupien a attrapé le virus des neurosciences à l’âge de 16 ans, dans un cours de psychologie expérimentale au cégep de Saint-Jérôme. Elle devait se livrer à une expérience, mais, ne sachant trop comment s’y prendre, elle a demandé conseil à son professeur, Robert Ducharme.

« Il a pris la peine de m’écouter, de m’interroger sur mes préférences [l’étudiante aimait bien la biologie], pour finalement me remettre un texte sur l’épilepsie qu’on ne pouvait traiter et les conséquences des lésions au cerveau. Ce fut une révélation .» Le texte portait la signature de deux scientifiques ayant tout juste obtenu un prix Nobel.

« Sans connaitre le mot “neurosciences”, j’ai su que je voulais étudier le cerveau », raconte Mme Lupien, dont la passion pour cet organe ne s’est jamais émoussée.

Aujourd’hui, cette mère de deux jeunes enfants tente, comme bien des gens, de trouver son point d’équilibre entre ses nombreuses activités professionnelles et ses tâches et activités familiales, sans stresser outre mesure.

« La meilleure manière de contrôler le stress est de déconstruire chaque situation stressante en ses quatre composantes et de trouver une manière de négocier ces composantes. Mais pour cela, il faut prendre un peu de temps pour travailler sur soi. De mon côté, c’est en compagnie de mon fidèle ami Jim, mon chien, que j’arrive à trouver le temps de maitriser mon stress pour faire en sorte qu’il ne s’accumule pas. Et de plus, ça me garde en forme ! »

Par Paule des Rivières (Texte paru dans la revue Les Diplômés, publiée par l’Association des diplômés de l’Université de Montréal, printemps 2012. Toute reproduction est autorisée à condition de mentionner la source et les auteurs.)

neuroscience

Aimer, écrire sont les seuls remparts que j’aie trouvés contre l’omniprésence de la mort et de la dépression. (Marie Darrieussecq, écrivaine française). Illustration : © MagicPhotoDesign.com

Pour compléter la lecture :

10 Comments

  1. Skywalker

    2012/09/05 at 4:26

    Bonne journée! Ce message n’a pas pu être écrite de mieux! La lecture de ce message me rappelle de mon compagnon de chambre bon vieux temps! Il a toujours gardé discuter à ce sujet. Je vais transmettre cette écriture à lui. Assez certain qu’il aura une bonne lecture. Un grand merci pour ce partage sur grandquebec.com!

  2. Paris escort

    2012/09/17 at 3:11

    Poste très instructif. # Merci d’hôte de prendre le temps de partager votre point de vue avec nous.

  3. Paris cg

    2012/09/23 at 7:07

    Bonjour, j’adore votre blog grandquebec.com. Yat-il quelque chose que je peux faire pour recevoir les mises à jour, comme un abonnement ou quelque chose? Je suis désolé je ne suis pas familiariser avec RSS?

  4. fisher paykel

    2012/09/25 at 8:48

    Vous aurez à considérer les aspects intérieur d’un défi important pour l’un de tous les sites de blogs les plus bénéfiques pour l’ensemble du réseau . En fait, je peux suggérer grandquebec.com ! Cordialement!

  5. Cretone

    2012/10/19 at 7:41

    C’est comme une grande ressource que vous fournissez et vous le donner gratuitement. J’aime voir les sites Web qui comprennent l’importance de fournir une ressource de choix pour les gratuits. J’ai vraiment aimé la lecture de vos messages sur grandquebec.com. Merci!

  6. Dupré

    2012/11/11 at 1:51

    Vous pourriez certainement voir votre expertise dans le travail que vous écrivez. Le secteur espère encore plus de passionnés écrivains comme vous qui n’ont pas peur de dire ce qu’ils croient. Tout le temps aller après votre cœur. Cordialement !

  7. EG

    2012/11/14 at 8:45

    Wow, c’était inhabituel. Je viens d’écrire un commentaire incroyablement long , mais après j’ai cliqué sur envoyer mon commentaire ne s’affiche pas. Grrrr … et je n’écris pas tout ce qui encore une fois. Quoi qu’il en soit , je voulais juste dire blog fantastique ! Cordialement!

  8. Sony DEV-3

    2012/11/23 at 6:51

    J’ai compris que l’éducation en ligne devient préféré parce qu’atteindre votre degré en ligne collège est devenu un choix populaire pour beaucoup de gens. Un grand nombre de gens n’ont jamais eu la possibilité de fréquenter un collège ou une université régulière toutefois demander l’amélioration du potentiel de gain et l’avancement de carrière que d’un baccalauréat donne. Encore quelques autres pourraient avoir un diplôme dans un cours, mais voudraient poursuivre quelque chose qu’ils ont déjà un intérêt !

  9. Marlène

    2013/03/11 at 5:20

    Je suis sûr que j’ai veçu beaucoup de stress tout au long de ma vie, dépuis l’âge de quatre ans. J’ai trouvée très intéressante qu’est ce que vous avez écrit ici dans ce blog et le commentaires que vous avez fait dans la chronique de Vero au Rythme 1005.7 et en quelque part ça me rassure un peu, car j’ai fait assez souvent de blanc de mémoire, et manque de concentration ou de retenir de choses facil à retenir pour mes cours d’école. Les néorologues qui m’on vu ou étudié à époque, ne m’on pas donné probablement le nécesaire pour amélioré cette état ou simplement je n’ai pas eu assez de traitement. J’ai commencé à souffrir beaucoup de mon mal de vivre, j’ai été tout seule à vivre tout sortes de choses traumatissantes dès mon enfance et dans l’adolescence. À peine ça fait pas long temps j’ai commecé à mieux comprendre ce qu’il m’arrive quand je suis en dépression et pourquoi, j’ai du demander un peu de l’aide pour m’aider parce que je n’avais plus de force pour continuer à lutter tout seule avec cette situation, car tout les autres fois je voulais vraiment disparaitre de ce monde, mais cette fois-ci je pensé que je n’arriverais plus et bon maintenant, oui j’ai appris douleureusement que j’ai été trés, trés forte pour avoir sûr passé de nombreuses épreuves tout seule, mais la dernière, dernière ça aurait été la dernière fois! Tout pour dire que fort probable que le stresse à une ci jeune âge, n’a pas aidée ou qui a contribué à ces états d’esprit. Je dois lire votre libre même si j’ai la difficulté à lire en ce moment.
    Merci et si jamais vous avez besoin une cobaye pour étudier encore plus quelque chose d’autre du cerveau(néurocience), je suis là!
    Merci pour donner la compréhesion de cet état là et des efforts que vous faite pour nous éclairer et nous aider à comprendre que par fois semblent incompréhesives!

  10. esccort girl

    2013/05/11 at 9:16

    Je ne suis pas connu avec joomla mais je veux l’utiliser pour faire un site web. Mon seul problème en ce moment devient l’ai installé sur Yahoo hébergement Je ne sais pas quoi faire .. . Quelqu’un peut-il me diriger vers un site ou un forum pour cela ou me dire comment faire? Grandement appréciée, merci ..

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>