Professions et métiers

Sténographe judiciaire

Sténographe judiciaire

Sténographe judiciaire
Un métier d’avenir

La sténographie judiciaire est la transcription en temps réel des déclarations lors d’interrogatoires, de procès ou de commissions rogatoires.

Le sténographe officiel note les mots prononcés à la vitesse de la prononciation au moyen de signes conventionnels et les sténogrammes.

Au Québec, cette formation est offerte par l’École de sténographie judiciaire du Québec qui offre le programme d’Attestation d’études collégiales en sténographie judiciaire A.E.C. d’une durée totale de deux ans à temps plein ou partiel.

Les cours comprennent la technique de communication écrite, théorie en sténotypie, terminologie juridique, méthodes de transcription, sténotypie : vitesse croissante, acquisitions de compétences linguistiques, sténotypie en temps réel initiation à l’actualité, sténotypie officielle de la cour, mémorisation des codes traduisant le français parlé en sténogrammes, lesquels correspondent à une ou plusieurs touches du clavier de la sténotypie communication anglaise, déontologie et administration de la justice, transcription assistée par ordinateur, stage en milieu de travail, etc.

Le sténographe doit maîtriser son clavier (le clavier d’une sténotype compte 22 touches) et apprendre les codes correspondant à chaque touche, maîtriser les différentes composantes (sténogrammes et doigté) de façon à transcrire simultanément des propos énoncés à débit de 200 mots/minute, – c’est la vitesse requise pour l’examen du Comité sur la sténographie.

Pour devenir sténographe officiel, on doit réussir le programme de l’École de sténographie judiciaire, réussir l’examen du Comité sur la sténographie, se conformer aux exigences du Règlement sur la formation, le contrôle de la compétence, la délivrance d’une attestation et la discipline des sténographes.

Aptitudes nécessaires à la réussite incluent une  bonne psychomotricité, bonne audition, une endurance à la position assise parfois pour plusieurs heures, une excellente capacité de concentration, une bonne maîtrise du stress, un excellent raisonnement logique. Le sténographe judiciaire doit être également motivé, assidu, rigoureux, discipliné, autonome, ponctuel, respectueux.

Aujourd’hui, on donne des cours en « synchrone » (temps réel), où les étudiants sont en contact avec l’enseignant à partir de leur domicile.

Les sténographes officiels sont mandatés par des avocats et des justiciables afin de prendre les dépositions de témoins lors d’interrogatoires hors cour, de procès, d’arbitrages, de commissions d’enquête, etc. Les avocats et les justiciables les mandatent également pour faire des transcriptions de cassettes. Les sténographes officiels ne sont pas assignés à un seul avocat; ils peuvent être appelés à fournir leurs services auprès de très nombreux clients.

Les sténographes sont des travailleurs autonomes pour la très grande majorité, mais ils peuvent s’associer en cabinet avec d’autres sténographes. En plus du milieu juridique, le sténographe peut travailler dans la fonction publique.

À titre indicatif, dirons qu’au Québec, un sténographe qui travaille à temps plein peut faire des revenus de 50 000 $ et plu (jusqu’à 200 mille) s, selon son expérience et le temps de travail consacré à l’exercice de son métier. Le tarif horaire moyen d’un sténographe pour la prise de témoignage est de 70$ l’heure ou plus. En fait, l’administration de la justice au Québec souffre du grave problème de l’absence de relève de sténographes officiels. Les sténographes officiels ont en majorité plus de 50 ans et la justice a besoin des sténographes jeunes. En outre, dans plusieurs régions du Québec, il n’y a aucun sténographe officiel.

Selon l’Association professionnelle des sténographes officiels du Québec, à l’heure actuelle, les nouveaux sténographes officiels ont une place de choix dans le marché.

En tant qu’un travailleur autonome le sténographe officiel est maître du temps qu’il consacre à l’exercice de son métier et il peut donc travailler le temps partiel (les revenus sont en conséquence, naturellement).

Pour devenir sténographe officiel, Il faut maitriser la sténotype E’lan Cybra, le logiciel Case Catalyst, le logiciel de transcription Express Scribe (pédalier et écouteur).

Notons finalement que la formation anglophone est donnée au Canadian Center for Verbatim Studies de Toronto et au Northern Alberta Institute of Technology (NAIT) d’Edmonton.

Pour en apprendre plus, site Web de l’École de sténographie judiciaire du Québec : ecoledestenographie.ca

Montréal dort

Montréal dort

Photo : GrandQuebec.com

En savoir plus :

1 commentaire

  1. Michel Couture

    2013/06/21 at 3:03

    Je voudrais avoir les coordonnées d’une Sténo qui travaille au Palais de Justice de Montréal Madame Despatie

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>