Promenades dans Paris

L’Adamant

L’Adamant

L’Adamant

L’Adamant, un hôpital psychiatrique, installé sur une péniche et amarré sur la Seine, au pied du pont Charles-de-Gaulle, reliant les gares d’Austerlitz et de Lyon, accueille des schizophrènes et des psychotiques. La structure, arrimée au quai du port de la Râpée, tangue parfois légèrement au passage des bateaux. Cet hôpital flottant a été conçu par et pour les malades, même si plusieurs touristes pensent qu’il s’agit d’un restaurant ou d’un bar.

Tout de verre et de bois, une première en Europe, ce singulier navire accueille les patients qui ont connu l’internement et assure leur suivi, comme un sas pour éviter de les confronter à la stigmatisation et à l’isolement.

La construction de l’Adamant, d’une surface de 600 mètres carrés, a coûté 2 millions d’euros environ, alors que la location d’un local de surface équivalente aurait coût 500 000 euros par an. Le projet naît en 2003, quand il s’est agi de déménager les 120 patients de l’hôpital de jour dépendant de l’hôpital d’Esquirol de Saint-Maurice, dont le bail arrivait à l’expiration. Le concepteur du projet, classé HQE (Haute Qualité Environnement) a été Gérard Ronzatti du cabinet Seine Design. À la demande de l’architecte, les patients lui ont fait passer leurs désirs qui ont été pris en compte. Les patients ont même été associés à la conception de la péniche de bout en bout, une façon de les aider à s’adapter au nouvel espace. Ce sont encore les patients qui ont choisi le nom de baptême de l’hôpital.

Depuis, ce centre psychiatrique est rattaché au pôle de soins psychiatriques des quatre premiers arrondissements de Paris. On craignait d’abord que ce changement de lieu soit perturbateur, pourtant, depuis l’emménagement, pas la moindre crise de violence. Est-ce l’effet de la Seine? On est bercé par les flots, ça aide à s’enterrer mentalement et être au contact avec un élément naturel aussi essentiel que l’eau permette de se ressourcer, ainsi on est bien dans ce petit navire. Le bruissement de l’eau introduit une ambiance aquatique, accentuant l’effet de proximité avec le fleuve.

On constate d’ailleurs une meilleure fluidité, une plus grande qualité dans la créativité et la communication, remarque une musicothérapeute qui anime des ateliers d’écoute musicale à bord de l’Adamant. Les patients sont dans un endroit où les choses se passent bien et les malades peuvent vivre au milieu des autres sans pour autant les déranger.

Les responsables de cet hôpital inusité insistent néanmoins qu’on attribue au décor sa juste valeur. La péniche, c’est juste un beau cadre, précisent les docteurs, et la vraie richesse du centre du jour, c’est la qualité des soins et son personnel. Plusieurs docteurs espèrent que cette localisation insolite va changer définitivement la conception des hôpitaux psychiatriques, autrefois relégués hors de la cité.

adamant

L’Adamant. Photo : © Rue89

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>