Outaouais

Le Pythonga

Le Pythonga

Le remorqueur Pythonga

L’industrie du bois et la drave ont largement défini le développement économique et social de la région de la Haute-Gatineau.

Parmi les éléments indispensables de cette époque on distingue le Pythonga qui a remorqué des millions de mètres cubes de bois sur le réservoir Baskatong pendant près de 65 ans.

Ce remorqueur mesure 85 pieds de long sur 16 pieds de large. Son poids est de 70 tonnes. Son équipage se compose de sept personnes, dont le capitaine, son second, deux mécaniciens, deux hommes de pont et un cuisinier. Le capitaine était le seul à avoir une cabine, les autres membres de l’équipage partageaient leur couchette, tout comme les quarts de jour et de nuit.

Ce bateau était utilisé pour le déplacement des billots de bois et il tirait parfois des convois de 400 mille billots de plus de 40 kilomètres de long!

Aucun instrument de navigation n’était prévu et le pilotage du bateau se réalisait entièrement sur la base de l’expérience des hommes d’équipage. Le capitaine, installé sur le pont, donnait au mécanicien qui se trouvait à fond de cale des indications au moyen d’une cloche. Le mécanicien réglait alors la marche du moteur en conséquence.

Le Pythonga a été transporté jusqu’à Maniwaki en 1928 par voie ferrée. Depuis la gare, on l’a fait glisser sur la neige jusqu’au réservoir Baskatong.

Le Pythonga

Aujourd’hui, le vieux remorqueur à la retraite est installé en bordure de la rivière Désert, qui traverse la ville de Maniwaki, dans le Parc thématique du Pythonga.

Coordonnées du remorqueur Pythonga :

171 rue Principale Sud
Maniwaki
J9E 1Z8

Téléphone : 819 449 7999

Photo : Daniel Daoust, site web www.ci-chateaulogue.qc.ca/pythonga.html

3 Comments

  1. Pierrette Rozon

    2011/01/04 at 5:44

    Bonjour,

    J’apprécierais savoir ce que veut dire Pythonga qui est sûrement un nom amérindien. Merci à l’avance.

    Pierrette Rozon

  2. admin

    2011/01/05 at 1:36

    Bonne question. J’ai fais une petite recherche: Son nom signifie en algonquin : «il y a long de sable où s’approcher en pagayant» (Selon Wikipedia).

  3. Eloi Côté

    2015/06/21 at 12:34

    C’est sur ce remorqueur que débuté ma carrière de navigateur en tant
    que second mécanicien, mon frère Eugène était le chef mécanicien à cette période,de 1946 à 1952, le capitaine était William Hébert et le second capitaine Aldéric Heaffy.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>