Outaouais

Patrimoine de Plaisance

Patrimoine de Plaisance

Patrimoine de la municipalité de Plaisance

Le Centre d’interprétation du patrimoine de Plaisance est une institution muséale offrant à toute la famille la possibilité de connaître l’histoire de la localité au moyen d’expositions, de visites guidées personnalisées et d’animations théâtrales.

À titre d’exemple, mentionnons les personnages de Brenta la Bernache, le curé Bazinet, premier curé de Plaisance, la femme de ménage du curé, la maîtresse d’école du temps passé, Pépère Frid et le Shaman amérindien de la tribu des Weskarinis.

De courtes saynètes présentent l’histoire d’une façon amusante et divertissante. On peut voir La scène du maire, écouter les histoires de Pépère les samedis ou encore des légendes amérindiennes, participer à des randonnées sur l’histoire des Weskarinis en rabaska.

Les Chutes de Plaisance font partie du Centre d’interprétation du patrimoine de Plaisance et d’autres représentations théâtrales sont offertes dans ce lieu.

Les animations théâtrales sont présentées par des jeunes passionnés de théâtre.

Le Centre d’interprétation du patrimoine de Plaisance est administré par la Corporation North Nation Mills qui a été créée dans le but de faire la promotion du patrimoine régional et mettre en valeur le site historique des Chutes de Plaisance par le biais de nombreuses activités comme des expositions, des interprétations théâtrales, des conférences, des ateliers et d’autres activités.

Pour aller au Centre d’interprétation du patrimoine de Plaisance :

276, rue Desjardins
Plaisance
Québec
J0V 1S0

Téléphone :  819 427 6400

Chutes de Plaisance

Chutes de Plaisance. Image libre de droits.

Municipalité de Plaisance, note historique

Presque simultanément, en 1900, étaient créées la paroisse de Coeur-Très-Pur-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie-de-Plaisance et la municipalité de paroisse homonyme ; ce nom a été considéré pendant longtemps comme l’un des noms les plus longs de la toponymie québécoise.

En 1931, on devait ramener à des proportions beaucoup plus modestes le nom municipal, soit Plaisance. En effet, on imagine mal de quel gentilé les Plaisanciens auraient pu être autrement affublés ! On estime généralement que la beauté du site de cette municipalité outaouaise, jadis rattachée à Papineauville, implantée à 16 km à l’ouest de Montebello, près de l’embouchure de la rivière de la Petite Nation, sur les bords de la rivière des Outaouais, aurait conditionné sa dénomination, tirée de celle du bureau de poste ouvert en 1882.

Il appert que le seigneur Joseph Papineau avait fait construire, dès 1803, une maisonnette au sud de la localité actuelle et lui avait attribué le nom de Plaisance en souvenir d’une ville française, geste qui a pu inspirer le Plaisance québécois. En effet, quelques communes de France, remarquables par le panorama qui les entoure, portent ce nom, dont, entre autres, Plaisance-du-Gers (Gers) et Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne).

Suivant plusieurs auteurs, les Plaisance français sont issus d’une influence ou d’une mode italienne. À Terre-Neuve, on peut relever un ancien village du nom de Plaisance, rebaptisé Placentia par les Anglais en 1713. En des temps plus anciens, le territoire constituait l’arrière-fief occupant les deux cinquièmes de la seigneurie de la Petite-Nation concédée à Joseph Papineau qui la cède à son fils Louis-Joseph en 1817.

Les premiers habitants s’établissent à North Nation Mills, ou Réserve du Moulin, près de la rivière de la Petite Nation, au début du XIXe siècle et forment le premier pôle industriel de la seigneurie de la Petite-Nation. La présence de chutes remarquables à proximité a permis une croissance rapide par l’implantation de moulins. L’arrivée du chemin de fer reliant Montréal et Hull en 1877 et l’établissement de la gare de North Nation Mills permettent à l’agglomération de se développer rapidement. En 1920, la Gatineau Power, projetant l’exploitation du potentiel hydroélectrique des chutes, procède à la démolition ou au déménagement des bâtiments. N’y subsiste aujourd’hui qu’un hameau.

L’activité économique de Plaisance est partagée entre l’agriculture et le travail dans les usines environnantes. On note l’importance de la présence annuelle des outardes soulignée par un Festival des outardes célébré depuis 1985 et concrétisé par la création d’une réserve faunique de 26 km2, la réserve faunique de Plaisance, vouée à leur protection. À l’automne, sporadiquement, à l’aller vers leurs aires nordiques de nidification et au retour, ces oiseaux se rassemblent à cet endroit.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *