Oubliez le boulot !

Visiter Châteauguay

Visiter Châteauguay

Destinations touristiques au Québec : Visiter Châteauguay

Châteauguay, une ville qui se trouve en Montérégie et fait partie de la Communauté métropolitaine de Montréal, est située au bord du lac Saint-Louis à peine à une demi-heure de voyage du centre-ville de Montréal via le pont Mercier.

Plusieurs joyaux naturels se trouvent sur son territoire, tels que la majestueuse rivière Châteauguay ou l’île Saint-Bernard qui loge le refuge faunique Marguerite-d’Youville.

Des attraits historiques et patrimoniaux, citons le Manoir d’Youville, construit en 1836 et agrandi en 1881, sur le site du premier manoir, érigé en 1674-1675 à la demande de Charles LeMoyne ; le Moulin de l’île Saint-Bernard, érigé en 1688, avec sa tour maçonnée qui constitue l’un des plus vieux moulins à vent en Amérique du Nord ; l’actuel édifice de la Mairie, bâti en 1911 qui a servi de deuxième couvent à la congrégation de Notre-Dame, puis, de lieu d’enseignement et ensuite de résidence aux religieuses.

Châteauguay est connue aussi comme une ville qui abrite un vaste réseau de plus de 50 parcs de quartier, des sentiers pédestres, des pistes de ski de fond, des pistes cyclables hors des sentiers battus, des lieux d’observation des oiseaux et des animaux sauvages.

Au parc De la Commune qui se trouve aux abords de la rivière Châteauguay, des aires d’observation de la faune sont aménagées.

Finalement, mentionnons le Centre écologique Fernand-Seguin qui est ouvert également au grand public.

Pour la petite histoire : la ville a été immortalisée dans la chanson Harmonie du soir à Châteauguay interprétée par Beau Dommage, avec des paroles de Robert Léger.

“Dimanche au soir à Châteauguay, les pieds pendant au bout du quai…”

Rivière Châteauguay

Prenant sa source dans le Upper Châteauguay Lake (État de New York), la rivière Châteauguay coule d’abord du sud au nord sur 65 km, trace ensuite un coude près de Huntingdon, poursuit sa course vers le nord-est sur 35 km et se jette finalement dans le lac Saint-Louis à Châteauguay. Son lit sinueux en sol argilo-sablonneux maintient une faible pente et mesure de 50 à 100 m de largeur. Les affluents principaux qui l’alimentent sont les rivières Trout, Hinchinbrooke, aux Outardes et aux Anglais. L’acte de concession de la seigneurie de Châteauguay (Municipalité régionale de comté Roussillon aujourd’hui), en 1673, parle de la Rivière du Loup, nom que l’on retrouve dans l’aveu et dénombrement de 1724 ainsi que sur une carte de Franquet, en 1752. Sur la carte de Gale et Duberger (1795), on trouve Châteauguay River, que Bouchette reprendra en 1815 sous la forme Châteauguay. Tout indique que l’usage du toponyme actuel s’est imposé depuis depuis la fin du XVIIIe siècle.

MRC de Roussillon

Municipalité régionale de comté Roussillon de 372 km2 sise dans la Montérégie, immédiatement au sud de l’île de Montréal, le long du Saint-Laurent. La plaine du Saint-Laurent la recouvre entièrement et la rivière Châteauguay traverse sa partie ouest avant de se jeter dans le fleuve aux limites de la ville de Châteauguay et de la réserve indienne de Kahnawake. Établie en janvier 1982, la MRC roussillonnaise, qui a succédé à l’ancienne municipalité de comté de Laprairie, se compose d’une douzaine de municipalités (sans compter Kahnawake), dont Châteauguay est la plus populeuse. Très urbaine, la population de la MRC parle le français en très grande majorité et comprend néanmoins une proportion importante d’anglophones. La MRC de Roussillon compte une part significative de banlieusards qui travaillent dans l’île de Montréal et renferme elle-même diverses industries de transformation. La désignation de la MRC évoque le régiment Royal-Roussillon dont les quartiers, au cours de l’hiver 1758-1759, se trouvaient dans la région du Montréal. Devenue définitivement française depuis 1659, la région historiques du Roussillon a comme centre principal Perpignan et ses limites correspondent à peu près à l’actuel département des Pyrénées-Orientales.

Rivière Châteauguay

Rivière Châteauguay, image des années 1920, libre de droits.

À lire également :

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *