Oubliez le boulot !

Cabano touristique

Cabano touristique

Destinations touristique : Voyage à Cabano

La ville de Cabano (aujourd’hui, secteur de la ville Témiscouata-sur-le-Lac) est située en bordure du lac Témiscouata, long de près de 40 kilomètres, dans la vallée du Témiscouata (Ténusciyata). La distance entre Cabano et Rivière-du-Loup est d’environ 55 kilomètres.

En raison de sa situation géographique avantageuse, Cabano est le centre touristique de la région de la vallée du Témiscouata. Sur le territoire de Cabano se trouve la célèbre montagne dite «du Fourneau», plutôt une haute colline d’une altitude de 400 mètres, aussi appelée Mont Lennox en l’honneur du lieutenant Lennox Ingall qui fit construire le Fort Ingall en 1838.

Le fort historique de Cabano est une fortification militaire unique dans l’est du Québec. Ce Fort Ingall est incontournable pour les touristes en visite à Cabano.

Cabano est traversée par le parc du Petit Témis, un parc linéaire interprovincial qui longe l’ancienne voie ferrée de la Temiscouata Railway, le lac Témiscouata et la rivière Madawaska.

Parmi les attraits architecturaux de Cabano, on peut visiter l’Hôtel de Ville, construit entre 1943 et 1944 et rénové en 1991, et l’église Saint-Mathias.

Historique de Cabano

La dénomination de Cabano, attribuée d’abord à un lac et à une rivière de la région de Témiscouata, a également été appliquée à un canton proclamé en 1866, à un bureau de poste ouvert en 1898 et à une municipalité érigée en 1907 au sud-est de Rivière-du-Loup.

Elle remonterait aux premiers temps de la colonie et identifiait un plan d’eau officiellement dénommé Lac Long présentement, puis aurait été transféré à la rivière à l’embouchure de laquelle la ville de Cabano a été installée. Le lac aurait été dénommé Cabaneau en raison de la forme des montagnes qui l’entourent lui conférant l’apparence d’une cabane ou cabanon de castor ; le graphème « eau » s’est par la suite transformé en « o ». Certains croient qu’il faut plutôt rapprocher ce nom de l’amérindien « wabano », petite cabane, abri temporaire pour la chasse ou pour la guerre, mais ce mot a pour sens en algonquin, sorcier.

Au cours des ans, l’endroit, d’abord connu sous le nom de Poste du Lac ou Fort Ingall (milieu du XIXe), a vu son statut modifié à quelques reprises : municipalité de la paroisse de Saint-Mathias-de-Cabano (1907) – nom repris de celui de la paroisse fondée en 1898 -, municipalité du village de Cabano (1923) et ville de Cabano (1962). Par ailleurs, Saint-Mathias-de-Cabano et Cabano ont fusionné en 1969 pour former la ville telle que nous la connaissons aujourd’hui. L’attrait historique majeur du lieu demeure sans contredit le fort Ingall, érigé sur les bords du lac Témiscouata à compter de 1839, à l’occasion du conflit ayant pour objet la détermination des frontières du Nouveau-Brunswick et du Maine, afin de prévenir l’invasion américaine. Cette forteresse a été construite par André Morin de Saint-André, sous la direction du lieutenant Ingall qui lui a donné son nom, mais n’a jamais servi, car l’accord Ashburton-Webster mettait fin au conflit dès 1842. Restauré en 1973, le fort Ingall a été doté d’une vocation de site historique. Les Cabanois sont surnommés les Bleuets de Cabano parce que autrefois ce fruit se retrouvait en abondance sur le territoire. Nul doute qu que l’incendie majeur de 1950 qui a rasé près de 125 maisons a contribué également à l’éclosion du petit fruit, favorisée, soutient-on, par le feu.

Armoiries de Cabano

Armoiries de la ville de Cabano, image libre de droits.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *