Des nouvelles pas fraîches

The Unity Day

The Unity Day

Un grand happening où Chrétien prend la part du Québec

Le premier ministre du Canada, Jean Chrétien, s'efforçant de traduire son attachement et celui de tous le Canadiens pour le Québec, s'est engagé hier, le 27 octobre 1995, à "procéder à tous les changements nécessaires pour permettre au Québec et au Canada d'affronter les défis du prochain siècle.

Cette ultime démarche, à trois jours d'un référendum, où l'issue demeure incertaine a été accueillie bruyamment par plusieurs dizaines de milliers de manifestants réunis à la Place du Canada, dans le centre-ville de Montréal. Un grand nombre d'entre eux venaient des autres provinces, certains même du Yukon. Tous saluaient le Québec comme une composante majeure du Canada, que les trois ténors du camp de NON estiment menacé de destruction par le vote de lundi.

Il y a des représentants de toutes les provinces canadiennes… Merci de votre présence, a dit le chef du parti du NON Daniel Johnson.

Le premier ministre Chrétien, qui a chambardé son agenda des derniers jours pour s'occuper du référendum, a déclaré que cette journée n'était pas celle de la classe politique ni celle de longs discours, mais celle des citoyens. "The Unity Day", comme le voulaient certaines affiches. Il a rappelé que les Québécois avaient "participé à la construction de ce pays".

(Cela se passait le 27 octobre 1995)

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>