Des nouvelles pas fraîches

La justice dans l’embarras

La justice dans l’embarras

La justice dans l’embarras

Le ministre de la justice a déposé des plaintes contre le juge Richard Therrien, nommé à la Chambre criminelle de la Cour du Québec à Longueuil, il y a  à peine deux mois, parce qu’il a caché son passé felquiste à son comité de sélection. Le ministre a révélé à l’Assemblée nationale avoir déposé une plainte au Conseil de la magistrature et une autre au Barreau du Québec parce que M. Therrien aurait manqué à son obligation de dévoiler sa condamnation passé.

Le juge en chef de la Cour du Québec, Huguette Saint-Louis, a déclaré hier ne siégera pas d’ici à ce qu’un comité du conseil se penche sur son cas. Un comité sera formé le 27 novembre, à la prochaine réunion du conseil.

M. Therrien, 46 ans, a été arrêté au mois de novembre 1970, peu de temps après avoir caché avec sa soeur les quatre terroristes qui venaient d’enlever puis d’assassiner le ministre Pierre Laporte : Paul Rose, Jacques Rose, Francis Simard et Bernard Lortie.

Richard Therrien avait 20 ans pendant la crise d’octobre 1970 et étudiait en droit. Sa soeur Colette était une connaissance de Paul Rose. Ils avaient hébergé les quatre hommes quelques jours pendant qu’ils étaient en cavale, après la découverte du corps de M. Laporte et la fuite de leur repaire de Saint-Hubert.

(14 novembre 1996)

Richard Therrien

Le maitre Richard Therrien en 1997, photo du domain public

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>