Des nouvelles pas fraîches

Réjean Ducharme se cache

Réjean Ducharme se cache

Réjean Ducharme

Il ne sort pas de l’ombre, même pour 100 mille dollars

Même 100 mille dollars n’ont pas réussi à faire sortir Réjean Ducharme de sa tanière  Premier lauréat du prix Gilles Corbeil, l’un des prix les mieux dotés au monde, octroyé par la Fondation Émile Nelligan, Réjean Ducharme, quelques semaines après avoir lancé son dernier roman, Dévadé, est demeuré fidèle à sa légende. On ne l’a pas vu. Et c’est sa mère qui est allée chercher le cheque pour lui, tandis que sa campagne, Claire Richard, se chargeait de lire un poème où le romancier et dramaturge remercie le public.

Gilles Corbeil, artiste et dilettante, a laissé à sa mort une succession évaluée à un million de dollars. Neveu du célèbre poète Émile Nelligan, il a légué toute cette fortune à la fondation qui octroiera ce prestigieux prix littéraire de 100 000$ à tous les trois ans. Les deux autres années, on accordera un prix plus modeste de 25 000$, une année pour la musique et une autre pour les arts visuels.

Claire Richard, la compagne de Réjean Ducharme, a livré un texte en vers plein d’humour, tapé sur une vieille machine à écrire par son compagnon.

(Texte publié le 28 novembre 1990 dans La Presse).

Réjean Ducharme

Réjean Ducharme

Réjean Ducharme

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>