Des nouvelles pas fraîches

L’or pour les réfugiés

L’or pour les réfugiés

Pommeau d’or et immigrants illégaux

La traditionnelle remise de la Canne au pommeau d'or au premier bateau océanique dans le port de Montréal a été marquée par une note discordante, cet après-midi.

Le navire, battant pavillon de Hong Kong, a amené dans sa cargaison six réfugiés roumains clandestins.

Une fois la surprise passée, le président du Port de Montréal, M. Domenic Taddeo, est monté à bord du navire Assurance pour féliciter le capitaine Roger Llewellyn.

«C'est un honneur pour moi. Montréal est un des meilleurs ports du monde. Je l'ai vu grandir depuis 1959», a souligné le capitaine Llewellyn avec un humour très britannique.

Une déclaration bien accueillie par M. Taddeo au moment où les activités portuaires se ressentent, elles aussi, de la récession.

Le port de Montréal célèbre, en ce début de l'an 1993, la 154e remise annuelle de la canne au pommeau d'or et le 29e anniversaire de la navigation possible toute l'année sur le Saint-Laurent.

Le navire, enregistré à Hong Kong, a quitté Le Havre, en France, il y a deux semaines. Le voyage, qui dure habituellement sept jours, a été beaucoup plus long cette fois-ci à cause du mauvais temps. Affamés au bout d'une semaine, les six réfugiés sont sortis de leur cachette le 30 décembre, après 13 jours en mer.

D'après le capitaine, ces Roumains auraient payé un passeur 1 000 francs (225 $) au Havre pour embarquer clandestinement dans un conteneur.

(La Presse, 1 janvier 1993)

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>