Des nouvelles pas fraîches

Plaque sur l’épave

Plaque sur l’épave

Une plaque sur l’épave du paquebot

Après une messe spéciale chantée aujourd’hui, le 29 mai 1994, le plongeur torontois Terry German nagera jusqu’à 30 mètres sous la surface du golfe Saint-Laurent pour apposer une plaque sur l’épave de l’Empress of Ireland.

Lorsque le paquebot a sombré, il y a 80 ans, 1012 personnes à son bord périrent, ce qui en fit le pire désastre maritime de l’histoire canadienne. Parmi ces victimes, 140 leaders de l’Armée du Salut du Canada, en route pour un congrès en Angleterre. La plaque sera apposée à leur mémoire.

Des douzaines de corps avaient été rejetés sur la rive et furent inhumés à un endroit où le Canadien pacifique a érigé un mémorial, dans le village de Pointe-au-Père, dans la péninsule gaspésienne. Beaucoup d’autres victimes ont été inhumées au cimetière Mount Pleasant de Toronto, où une cérémonie est organisée annuellement à leur mémoire.

L’épave est toutefois demeurée le dernier tombeau de quelque 700 des victimes.
M. German, plongeur et cinéaste professionnel qui explore l’épave de l’Empress of Ireland depuis cinq ans, en collaboration avec les responsables du Musée de la Mer, a révélé qu’il fixera la plaque au-dessus du sabord de coupée, où elle sera visible pour tous les plongeurs.

Le paquebot repose sur son flanc tribord sur un fond boueux, à 50 mètres de la surface.

Les plongeurs s’y rendent régulièrement depuis de nombreuses années. « L’épave est immense », confie German, ajoutant qu’il est toutefois difficile de plonger en ces lieux.

« La visibilité est très mauvaise. Il y a beaucoup de sédiments et de plancton en suspension dans l’eau. L’eau est très froide et les courants incertains. »

Moins d’un mois après le naufrage, des plongeurs du Canadian Pacifique percèrent un trou dans la coque à l’aide d’explosifs et pénétrèrent dans la chambre forte du navire pour récupérer un million de dollars en lingots d’argent et un autre million en valeurs non précisées.

Ils récupérèrent également de nombreux sac de courrier. Les lettres furent séchées et expédiées à leur destinataire. Ces enveloppes sont considérées aujourd’hui comme de précieuses pièces de collection.

(le 29 mai 1994)

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>