Des nouvelles pas fraîches

Pascale Lefrançois

Pascale Lefrançois

Pascale Lefrançois, championne mondiale junior de l’orthographe

« Ça ne fait que commencer. Tu vas voir. Ce qui tu vis aujourd’hui, ça ne rien à côté de tout ce qui s’en vient. »

Entre deux becs de gens de la parenté, entre deux éclairs de flashes, entre deux questions de journalistes, Stéphane Éthier a trouvé le moyen de souffler cette petite remarque à la nouvelle championne du monde junior d’orthographe, Pascale Lefrançois.

Stéphane se souvient. L’an dernier, c’était lui qui était là, à clignoter devant les flashes et à échanger des poignées de main. Dans les trois dernières années, le Québec a produit trois champions mondiaux juniors à la dictée de Pivot.

À son arrivée à Mirabel, Pascale exultait. Médaille d’or au cou, elle répondait aux questions avec une verve qui ne tarissait pas:

« L’amour du français, c’est une maladie héréditaire, qui s’est transmise depuis la grand-mère jusqu’à la petite-fille en passant par la mère, disait la jeune fille en lançant un clin d’oeil aux deux intéressés. Enfin, maintenant, je vais pouvoir lire pour le plaisir. J’avais hâte de fermer mon dictionnaire… »

(Texte publié dans La Presse, le 26 novembre 1990)

Pascale Lefrançois aime le français

Vingt-et-un ans après sa victoire au Championnat du monde d’orthographe, à Paris, Pascale Lefrançois est encore associée à la dictée de l’homme de lettres Bernard Pivot, qui a valu à l’adolescente une notoriété immédiate. « Quand je suis revenue de France, on aurait dit que tout le monde avait suivi la compétition.

On me saluait dans la rue, à l’épicerie. Je n’avais pourtant pas fait cette dictée pour devenir une vedette, loin de là ! » dit cette experte de la langue française devenue vice-doyenne de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal.

Elle n’était pas la première Québécoise mais la troisième à remporter ce concours, tient-elle à préciser.

Et c’était sa troisième tentative. Pour atteindre les honneurs, elle a certes travaillé fort, mais elle a aussi été chanceuse. « Quand j’ai entendu le mot “potron-minet”, que j’avais étudié, je me suis dit que c’était mon jour de chance », relate-t-elle en souriant.
Son titre de championne mondiale lui vaudra le grade de chevalier de l’Ordre de la Pléiade en 1994 et une participation au jury de la Dictée des Amériques en 1996.

Le fait d’être associée aux dictées, deux décennies après son championnat, ne l’embête pas. « Ce dont j’essaie de me détacher est le caractère élitiste de la dictée, admet elle en entrevue. Les concours comme celui auquel j’ai pris part, il faut s’y préparer comme les athlètes s’entrainent en vue des Jeux olympiques. Tous n’ont pas à être à ce niveau, mais tous doivent faire un minimum d’exercice. »

Composer des romans à quatre ans

Dès l’âge de quatre ans, Pascale Lefrançois aimait les mots au point de composer des « romans » que sa mère transcrivait. Quand elle s’est préparée pour le championnat, elle a mémorisé des listes de mots qu’elle regroupait par thèmes. « J’ai appris le nom de certains fromages, comme le coulommiers et le livarot, avant même d’y gouter. Quand je les voyais au marché, je les découvrais. Même chose pour les desserts, le pithiviers par exemple. »

Auteure d’un mémoire et d’une thèse en didactique, Mme Lefrançois n’a pas eu un parcours linéaire. À l’université, elle a d’abord étudié en économie et en sciences politiques. La raison ? Elle voulait changer le monde ! « Je me suis rendu compte que, pour y arriver, il valait mieux passer par l’éducation. J’ai le privilège d’enseigner aujourd’hui aux futurs enseignants. Bien modestement, je crois apporter une petite contribution aux changements que j’aimerais voir dans la société. »

Ce n’est pas le travail qui manque. La didactique du français souffre de sérieuses lacunes au Québec, comme en témoignent les étudiants qui se présentent à l’université sans savoir conjuguer convenablement des verbes. « Je m’étonne de constater que des jeunes qui ont passé 11 ans sur les bancs d’école ne maitrisent pas des notions qu’on devrait acquérir à la fin du primaire. Je crois qu’il faudrait réagir bien avant l’université. Pas en faisant échouer les écoliers mais en les encadrant mieux, dès la fin du primaire », mentionne-t-elle. Selon elle, l’usage des logiciels de correction devrait être autorisé, même à l’école. Ils permettent de corriger des défaillances manuelles somme toute peu significatives afin que l’usager se concentre sur sa pensée et la structure de ses phrases.

L’ancienne championne d’orthographe n’a rien perdu de sa passion pour les mots. Elle a étudié d’autres langues comme l’allemand et l’espagnol pour comprendre leur structure et leur logique. Et elle a beaucoup de plaisir à observer son enfant apprendre à parler.

Mathieu-Robert Sauvé. Les Diplômés, printemps 2012. Toute reproduction est autorisée à condition de mentionner la source et les auteurs.

A propos de la revue Les Diplômés : Tirée à près de 200 000 exemplaires à raison de deux numéros par an, la revue est le lien privilégié entre l’Université de Montréal et ses diplômés. Elle constitue par ailleurs un excellent véhicule publicitaire, étant donné le haut degré d’instruction, le grand nombre et la variété de ses lecteurs. Cette publication est également expédiée à certaines bibliothèques municipales, collégiales ou universitaires, à des ambassades, des consulats, des corporations professionnelles, des médias, des maisons d’édition, de publicité ou de presse écrite.

pascale lefrançois

Pascale Lefrançois. Source de la photo : Les Diplômés, printemps 2012

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>