Des nouvelles pas fraîches

Éclatante victoire libérale

Éclatante victoire libérale

Éclatante victoire libérale

Le peuple a parlé et de façon on ne peut plus significative. Le gouvernement Taschereau, ainsi qu'il fut annoncé à la radio le soir du 24 août 1931, est non seulement maintenu au pouvoir, mais il comptera une majorité augmentée dans le parlement. Soixante-dix-neuf de ses candidats ont été élus contre onze conservateurs.

Il a remporté la victoire dans les cinq nouveaux comtés : Gaspé-Nord, Gaspé-Sud, Laviolette, Rivière-du-Loup et Roberval. D'ailleurs, il a enlevé à ses adversaires cinq comtés : Laval, Maisonneuve, Montréal-Dorion, Montréal-Sainte-Marie et Sherbrooke.

L'opposition conserve Hull, Huntingdon, Montréal-Saint-Georges, Montréal-Verdun, Westmount, Trois-Rivières, Deux-Montagnes. L'opposition a enregistré quatre gains: Chambly, Rouville, Saint-Sauveur et Yamaska.

Ceux qui prévoyaient que la récente défaite du parti libéral dans l'île du Prince-Édouard et la victoire du candidat conservateur à l'élection fédérale complémentaire dans Trois-Rivières détermineraient  un courant d'opinion défavorable au gouvernement Taschereau, peuvent constater qu'il n'en fut rien.

L'opposition qui comptait douze membres, est réduite à onze, bien que la province, subdivisée au cours de la dernière session, ait été appelée à élire hier cinq députés de plus qu'en 1927. Les libéraux, par ailleurs, qui parlaient d'un balayage complet en leur faveur dans l'île de Montréal, n'ont pas été déçus. M. Camillien Houde, chef de l'opposition, ayant été lui-même défait dans les deux comtés où il briguait les suffrages, Sainte-Marie et Saint-Jacques, et ses candidats dans Maisonneuve, Dorion et Dorval ayant subi le même sort alors que les Libéraux conservent les divisions qu'ils détiennent déjà.

Il n'y a pas de joie sans mélange. Les libéraux, en effet, ne pouvaient souhaiter victoire plus éclatante ni plus éloquente, mais une défaite semble les affecter très profondément, celle dans Montréal-Saint-Georges, de l'honorable George W. Scott, qui devait être le prochain trésorier provincial.

Le prochain parlement ne comptera aucun député officiellement indépendant des partis politiques.

On constate aussi que nos compatriotes de langue anglaise, du moins où ils étaient plutôt la majorité, semblent être demeurés fidèles au parti conservateur puisque les candidats de l'opposition y furent élus.

(La Presse, 25 août 1931).

parti libéral

93% de nos enfants n'iront jamais à l'université. Affiche publicitaire du parti libéral des années 1930

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>