Des nouvelles pas fraîches

Parizeau passe au PQ

Parizeau passe au PQ

M. Jacques Parizeau passe au PQ

M. Jacques Parizeau, économiste dont la compétence est reconnue et utilisée autant à Ottawa qu'à Québec, est passé officiellement dans les rangs du Parti québécois, hier (19 septembre 1969).

Et s'il n'en tient qu'aux leaders du PQ, c'est le comté d'Ahuntsic que le nouveau péquiste tentera de représenter lors des prochaines élections provinciales.

Même celui qui espère être choisi candidat dans ce comté. M. Pierre Renaud, s'est dit prêt à s'effacer pour laisser la place à M. Parizeau.

En plus d'être un comté où la cote d'amour de M. René Lévesque est, semble-t-il, assez élevée, Ahuntsic est un comté dont la population ne craint pas les intellectuels; il est représenté à l'Assemblée nationale par le député libéral Jean-Paul Lefebvre.

Quant à M. Parizeau, il s'est contenté de dire qu'il n'y a aucune décision de prise pour le moment.

Après avoir dit que sa décision d'entrer au PQ a été «laborieuse et difficile», l'ancien fédéraliste a déclaré qu'il consacrera toutes ses énergies, au cours des prochains mois, «à exorciser les démons, à calmer les craintes» que suscite chez certains l'idée de l'indépendance, surtout au plan de l'économie.

Le président du PQ, en plus de souligner que l'arrivée du professeur des Hautes Études Commerciales «est un grand jour pour le PQ et pour tous les Québécois», s'est dit assuré que M. Parizeau pourra «dissiper les craintes artificielles que certains ressentent vis-à-vis l'indépendance et que d'autres sont payés pour entretenir».

En plus d'avoir été conseiller économique et financier du cabinet provincial de 1965 à la fin de 1967, M. Parizeau a été membre du Conseil supérieur du travail, conseiller de plusieurs commissions fédérales et provinciales, (…) étroitement lié à la préparation de la nationalisation de l'électricité et à l'élaboration de projets tels que la Société générale de financement, la Caisse de dépôt et de placement, SO-QUEM et la politique salariale du gouvernement Bertrand. (…)

(La Presse, texte publié le 19 septembre 1990)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>