Des nouvelles pas fraîches

Congédiement de Me Pacifique Plante

Congédiement de Me Pacifique Plante

Congédiement de Me Pacifique Plante

Le comité exécutif donne raison au chef de police Langlois

Maître Pacifique Plante n’est plus directeur adjoint du service de la police en charge de l’escouade de la moralité. Il a été officiellement démis de ses fonctions, è 19 heures 15 hier soir (7 mai 1948), lorsque le comité exécutif, réuni en séance spéciale sous le président de M. J. O. Asselin, a approuvé un rapport du directeur Albert Langlois, en date du 15 mars, recommandant son renvoi.

Le commissaire Paul Dozois, représentant de la Chambre de commerce à l’hôtel de ville, a enregistré sa dissidence qu’il a motivée par une déclaration dont copie a été remise.

L’incident Langlois-Plante, qui défraie la chronique quotidienne depuis la suspension de la Me Plante «pour insubordination et négligence dans l’exercice de ses fonctions», en date du 11 mars, a eu son dénouement après une longue étude que les chefs de l’administration municipale disent avoir faite de toutes les circonstances entourant cette affaire et de tous les faits portés à leur attention par le directeurs Langlois ou consignés dans un volumineux rapport de Me Plante, que celui-ci a présenté en réponse aux accusations logées contre lui.

L’inspecteur en chef Ernest Pleau, nommé hier soir directeur adjoint du service de la police, remplacera Me Plante à la direction de l’escouade de la moralité.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>