Des nouvelles pas fraîches

Montréal est en flammes

Montréal est en flammes

Montréal en flammes

Le 1er novembre 1974, un énorme incendie détrut tout un quadrilatère compris par les rues Amherst, Sherbrooke, Wolfe et Ontario.

II était environ 20h30. Le feu a pris sur les toits de trois maisons situées du côté ouest de la rue Wolfe, coin d’Ontario, puis s'est communiqué aux hangars. On ne sait pas comment c'est arrivé. Toutes ces maisons sont habitées, par des gens pas très en moyens, qui travaillent en général pour le salaire minimum dans des manufactures.

La plupart n'ont pas d'assurance pour le feu et ils ont tout perdu.

Les pompiers ne sont pas venus, bien sûr, puisqu'ils sont en grève. Mais des gens du quartier sont allés chercher les camions et les pompiers leur ont expliqué leur fonctionnement.

Le matin, 2 novembre, on ne savait plus où donner de la tête. On éteignait un feu à un endroit et un autre commençait ailleurs.

La grève a été déclare le 31 octobre, à la suite de la déclaration du maire Drapeau qui a qualifié les exigences des pompiers de « chantage » des pompiers. Le 1er novembre de nombreux incendies aux quatre coins de la ville, des émeutes et des actes de sabotage sont rapportés. Montréal a fait appel aux pompiers de la banlieue.

(Note de Grand Québec : le dimanche 3 novembre, une lettre d'entente est signée et la grève prend fin. On dénombre 25 incendies d'importance, des millions de dommages, 150 familles délogées. D’après La Presse).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>