Des nouvelles pas fraîches

Meurtre de Christina Blain-Dufour

Meurtre de Christina Blain-Dufour

Le couple maudit conspué par la foule

Blain et Otis accusés d’avoir battu à mort la petite Christina

Isabelle Blain, 22 ans, et son ami Michel Otis, 27 ans, ont été accueillis par une véritable foule en furie, avant de s’engouffrer dans le palais de justice de Saint-Jérôme. Enragés par la mort de la petite Christina, cet enfant de trois ans battu à mort, ils étaient une soixantaine à injurier les deux jeunes gens : lui, les menottes ramenées devant le visage et elle, paralysée dans l’enclos grillagé.

Mais les gardes du palais ont vite entraîné les prévenus à l’intérieur, ou, dans une salle obscure, ils ont dû faire face à des accusations de meurtre prémédité. Le crime le plus grave qui soit.

Isabelle Blain, qui a comparu la première, s’est néanmoins offerte aux regards sans broncher, impassible dans sa petite robe de coton fleuri. L’air à la fois plus hostile et plus échevelé, Michel Otis lui succédait deux heures et demi plus tard, devant une salle toujours pleine à craquer.

D’ici là on se rappellera que Christina a été retrouvée le 25 juillet, dans un petit bois de Saint-Colomban. Le minuscule corps couvert de bleus gisait à 80 mètres du chalet, où Michel Otis hébergeait Isabelle Blain et ses deux enfants. C’est le jeune homme qui avait alerté le voisinage en soutenant que la fillette s’était enfuie dans la nuit.

Mais cette version était vite remise en cause. La preuve obtenue à l’enquête indique que les deux accusés ont battu l’enfant.

Selon les policiers, Christina a effectivement été assaillie à répétition, pour être chaque fois rouée de coups de poing et de coups de pied. Et s’ils croient que c’est Michel Otis qui l’a battue avec le plus d’acharnement, les enquêteurs pensent que c’est plutôt Isabelle Blain qui a caché le cadavre de sa fillette parmi les arbres. On a d’ailleurs appris que la police soupçonne la jeune mère d’avoir brutalisé l’enfant avant même sa rencontre avec Otis – il y a environ deux mois – et d’avoir ensuite laisser les choses empirer, par peur de perdre son « nouveau conjoint ». Ou encore par agacement devant les pleurs de la bambine qui devait fêter ses trois ans le 29 août prochain.

(Publié le 28 juillet 1997)

Note finale : En mai 1998, la Cour d’appel a acquitté Michel Otis d’une accusation de meurtre non-prémédité, relativement au meurtre de la petite Christina Blain-Dufour, 3 ans, survenu en juillet 1997 à Saint-Colomban. La mère, Isabelle Blain, qui a témoigné contre Michel Otis, a été condamnée à trois ans de pénitencier après avoir plaidé coupable à une accusation réduite de complicité après le fait. La Cour d’appel a donné ainsi raison à la juge Ginette Piché de la Cour supérieure qui avait rejeté une partie importante d’une déclaration incriminante de Michel Otis.

michel otis  isabelle blain

Michel Otis et Isabelle Blain lors du procès

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>