Des nouvelles pas fraîches

La messe au Parc Mance

La messe au Parc Mance

La messe au Parc Mance

La messe en plein air a revêtu un caractère d’imposant grandeur

La procession aura été le plus beau spectacle des cérémonies extérieures du Congrès eucharistique, mais immédiatement après, sinon sur le même rang, il faut placer la messe à l’endroit historique surnommé le Parc Jeanne-Mance.

Les mots ordinaires ne peuvent donner une idée quelconque de ce qu’était cette démonstration grandiose. Quand il s’agit de raconter un tel spectacle, à moins d’avoir à son service toutes les ressources des grands génies littéraires, on se sent dépassé.

Tant de souvenirs revivaient à cette messe: c’était même tout ce qui lui prêtait un caractère spécial, car rien, sauf les événements mémorables qu’elle rappelait, ne la distinguaient des services ordinaires.

Cependant, il y avait le reposoir, superbe sur ses colonnes élancées, toutes drapées d’écarlate et d’or au faite. Reste encore la décoration florale, la foule des soixante évêques et de deux mille prêtres, l’assistance quasi innombrable, et la maîtrise puissante; mais impossible de découvrir à part ces quelques traits de quoi prêter à cette cérémonie une physionomie particulière; c’était encore une fois la fête du souvenir.

Le père Hage l’avait bien compris; car dans son sermon, il rappela les événements mémorables dont le parc avait été le théâtre, et surtout cette première messe du 18 septembre 1642, où le père Vimont prédisait, dans son sermon, le brillant avenir de ce qui commençait d’être Ville-Marie. L’eucharistie .tait là pour veiller sur la destinée de la patrie canadienne et la conduire à son glorieux avenir.

Mgr O’Connell, archevêque de Boston, fit également un sermon sur l’eucharistie très goûté de ceux qui entendaient l’anglais.

Mgr Farley, archevêque de New York, célébrait l’office divin, et le cardinal légat arriva de Saint-Patrice à temps pour donner à la multitude la bénédiction papale. Rien de plus beau ni de plus éloquent que cette foule de chrétiens de tout âge et de toutes classes s’agenouillant au pied de la magnifique murale du Mont-Royal.

Cela se passait le 10 septembre 1910.

jeanne mance

Jeanne Mance, défilé de géants, Fête nationale de 2011. Photo : © Serge Keln

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>