Des nouvelles pas fraîches

Marguerite Bourgeoys, la Bienheureuse

Marguerite Bourgeoys, la Bienheureuse

Marguerite Bourgeoys, la Bienheureuse

Le Souverain Pontife honore, à Saint-Pierre, la fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame. Plus de 30 mille personnes présentes à la cérémonie

Cité de Vatican. 12 novembre 1950 – Porté sur la sedia gestatoria, Sa Sainteté le pape Pie XII s’est rendu dans la basilique Saint-Pierre pour y rendre hommage à Marguerite Bourgeoys, religieuse canadienne originaire de France que Sa Sainteté avait béatifiée plus tôt au cours de la journée.

Onze cardinaux, y compris Sa Éminence le cardinal James McGuigan, archevêque de Toronto, 60 archevêques et évêques, dont 20 du Canada parmi lesquels se trouvaient NN. SS. LL. EE. Alexandre Vachon, archevêque d’Ottawa, Paul-Émile Léger, archevêque de Montréal, et Mauricie Roy, archevêque de Québec. De nombreux autres dignitaires ecclésiastiques ont assisté à la cérémonie. Une foule de quelque 30 mille personnes a acclamé le Saint-Père lors de son entrée dans la basilique.

Le souverain Pontife a honoré solennellement la première Canadienne élevée au rang des bienheureux. La béatification précède la canonisation.

Son Excellence Jean Désy, ambassadeur du Canada en Italie, était aux premiers rangs. Parmi les 1,200 pèlerins venus du Canada pour assister à cette cérémonie de béatification, on remarquait deux représentants du gouvernement de la province de Québec, les honorables Onésime Gagnon, trésorier provincial, et Camille Poliot, ministre de la chasse et de la pêche.

Il y avait aussi un groupe de religieuses de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal, communauté fondée il y a 300 ans par Marguerite Bourgeoys.

Le Saint-Père et la vaste assemblée des fidèles se sont agenouillés lorsque Son Excellence Paul-Émile Léger, archevêque de Montréal, a donné la bénédiction eucharistique du maître-autel de la basilique.

À l’issue de la cérémonie, les postulateurs de la béatification ont offert au pape un tableau représentant Marguerite Bourgeoys et la vision de la Vierge qui l’a conduite à quitter la France pour mener la vie périlleuse de missionnaire aux premiers temps de la colonie, au Canada.

Mgr Fernandino Prosperini, chanoine de Saint-Pierre, a lu durant la matinée le bref pontifical proclamant Mère Marguerite Bourgeoys bienheureuse tandis que l’évêque titulaire de Palmira et chanoine du Vatican, M. Domenico Fiori, entonnait le « Te Deum’ et célébrait la première grand-messe solennelle à Saint-Pierre en l’honneur de la nouvelle bienheureuse.

Épilogue

Le pèlerinage de la délégation canadienne devait être assombri, le lendemain, 13 novembre 1950, par un terrible accident d’avion qui fit 58 morts, dont 56 Canadiens. Ces Canadiens avaient pris place à bord d’un DC-4 surnommé Le Pèlerin canadien. L’avion faisait route vers Montréal au retour de la cérémonie de béatification, lorsqu’il s’est écrasé sur le flanc du mont Obiou, haut de 8 mille pieds, dans les Alpes françaises. Il n’y eut aucun survivant.

Marguerite Bourgeoys

Marguerite Bourgeoys

Monument à Marguerite Bourgeoys à Montreéal (rue Notre-Dame, au 99). Photo : © GrandQuébec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>