Des nouvelles pas fraîches

Laurier est défait

Laurier est défait

Laurier est défait

La journée d’hier (21 septembre 1911) a été fatale au gouvernement Laurier, qui se trouve renversé du pouvoir après quinze années de luttes victorieuses el quatre succès consécutifs.

On calcule que lala majorité de M. R.L. Borden, nommé chef de l’opposition en 1900, sera de 50 environ. La majorité de Sir Wilfrid Laurier, en 190, ayant été de 47, c'est un renversement complet de votes.

La province de Québec est resté de côté libéral, bien que l’opposition ait doublé le nombre de ses sièges 12 à 25.

À Québec, hier soir, Sir Wilfrid Laurier déclarait: «En un jour sombre comme celui-ci, il me reste une grande consolation: la fidélité de la province de Québec à nos drapeaux. En effet, – et Dieu merci! – ce n’est pas de la province de Québec que nous vient la défaite…»

La province d'Ontario a porté le coup de mort au gouvernement Laurier en n’élisant qu’une quinzaine de libéraux dans 86 comtés. Ainsi que l’a dit M. Borden, au cours de sa campagne, à Toronto: «C’est désormais Ontario (sic) qui dictera la politique du gouvernement». La province d’Ontario se trouve maintenant aussi bleue que la province de Québec était rouge aux meilleurs jours de l’administration Laurier.

Les provinces maritimes et celles de l’Ouest, ont aussi déçu les libéraux, qui s’attendaient d’y gagner du terrain, grâce à la politique de réciprocité; mais sur les rives de l’Atlantique, aussi bien que dans les prairies de l’Ouest et de l'autre côté des Montagnes Rocheuses, les conservateurs ont fait de nombreux gains.

La défaite d'hier fut le signal d’un épouvantable massacre de ministres. Sont restés sur le carreau: l’Honorable M.W.S. Fielding, ministre des finances; sir Frederick Borden, ministre de la milice; l’Honorable M. Sydney Fisher, ministre de l’agriculture; l’Honorable M. George Graham, ministre des chemins de fer; l’Honorable M. William Paterson, ministre des douanes; l’Honorable M. Mackenzie King, ministre du travail; l’Honorable M. William Templeton, ministre du revenu de l’intérieur, et probablement aussi l’Honorable M. Jacques Bureau, solliciteur général.

Sir Wilfrid Laurier sort avec 5 circonscriptions sur 9 et 1,500 voix de majorité sur l’île de Montréal; mais la ville de Toronto n’a élu, de nouveau, que des conservateurs.

Les conservateurs, sous la direction de M. R.L. Borden, reprennent le pouvoir, après 15 ans d’opposition. Le Québec a élu 25 conservateurs.

(Texte publié dans La Presse, le 22 septembre 1911)

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>