Des nouvelles pas fraîches

Kenworth

Kenworth

Landry nourrit de grands espoirs pour Kenworth

Le ministre Bernard Landry est arrivé à la conférence de presse sur la réouverture de l’usine de Sainte-Thérèse, le 21 décembre 1996, à bord d’un camion Kenworth. Le ministre a transformé une partie de son allocution en plaidoyer pour l’achat de cette marque: Désormais, quand on est Québécois et qu’on a une décision de camion à prendre, c’est Kenworth, a-t-il dit.

Des 53 millions qui doivent être investis à Sainte-Thérèse, seulement 10 millions seront fournis au comptant par Paccar: 26 millions seront prêtés à 7 pour cent par le Fonds de solidarité et 13 millions, sans intérêt par les gouvernements fédéral et provincial. Environ quatre millions seront payés par le gouvernement fédéral pour former la main d’oeuvre. « Mais il est clair que la compagnie mettra beaucoup plus que cela après, disons, un an et demi », a opiné M. Landry.

L’usine rouvrira d’ici 1998. Environ 325 travailleurs seront d’abord réembauchés, leur nombre passant éventuellement à 600. Ces 600 emplois ne sont pas cher payés, a dit M. Landry, qui à causé de l’effet d’entraînement qu’a l’industrie automobile sur l’économie: « Même s’il n’y avait aucune sous-traitance, on parlerait de 1800 emplois de plus. »

Kenworth

Kenworth

Camion Kenworth. Source de la photo : Kenworth.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>