Des nouvelles pas fraîches

Jumelles rompent le silence

Jumelles rompent le silence

Les jumelles rompent le silence

Agressées sexuellement par leur père, les jumelles Dionne rompent le silence

Trois des cinq jumelles Dionne, Cécile, Annette et Yvonne, ont confié avoir été agressées sexuellement par leur père, au cours d’une entrevue, diffusée à l’antenne de Radio-Canada, le 23 septembre 1995.

L’animatrice de Raison Passion, Denise Bombardier, les rencontrait à quelques jours de la sortie de leur biographie autorisée, Les jumelles Dionne: secret de famille, écrite par Jean-Yves Soucy.

Ponctuée de longs silences et de courtes réponses, l’entrevue a révélé que les célèbres quintuplées – tout comme leurs frères et soeurs – ont été régulièrement agressés par leur père.

Annette Dionne en a un jour parlé à l’aumônier de leur école et elle s’est fait répondre de « continuer d’aimer mes parents et de me protéger en mettant un manteau plus épais quand nous allons faire des tours d’auto. Leur père les emmenait en balade une à la fois.

Bien qu’elles en parlaient entre elles, les quintuplées n’ont jamais voulu en glisser mot à leur mère « pour ne pas aggraver la situation », a dit Annette.

Les trois dernières jumelles de 61 ans – Émilie et Marie sont décédées – ont cependant dit avoir gardé un souvenir heureux de leur séjour dans une nursery en compagnie du Dr. Defoe. « Il n’y avait pas de disputes, c’était harmonieux », a dit Cécile Dionne.

Celle-ci a souligné que, pendant plusieurs années, elle et ses quatre soeurs n’ont pas ressenti le besoin de jouer avec d’autres enfants, tellement elles étaient habituées à ne vivre qu’entre elles. « Une fois rendue plus vieille, je voyais qu’on était toutes comparées au même modèle, a expliqué Annette Dionne, faisant allusion au produit commercial qu’elles furent pour leur père, l’Église et le gouvernement ontarien – qui a empoché des millions grâce aux quintuplées.

Cécile Dionne a admis qu’attendre si longtemps avant de briser le silence, « c’est long, mais pour quelque chose de si profond, je pense que c’est normal ».

« Je pense qu’on est rendues à un moment où il fallait se libérer de ce passé et tourner la page », a ajouté sa soeur Annette.

Pour les trois survivantes de cette époque au cours de laquelle, devenues de simples attractions touristiques, elles étaient plus populaires que les chutes du Niagara, le livre de Jean-Yves Soucy vient combler le vide laissé par d’autres biographes moins soucieux de leur propre vision des événements.

Jumelles Dionne

Jumelles Dionne

Les jumelles Dionne saluent le drapeau de la Première armée canadienne, photo de l’époque

Lire aussi :

1 commentaire

  1. Elvina Dumoulin

    2012/10/15 at 12:14

    Vieux cochon!

    Y aurait dû le pendre par la poche jusqu’à ce que mort s’ensuive!!!

    Et tous les pédophiles aussi sans exception!

    Y a fait 14 enfants en tout!

    C’est sûrement pas sa femme qui le privait,pauvre elle!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>