Des nouvelles pas fraîches

L’Armada: Les Italiens arrivent !

L’Armada: Les Italiens arrivent !

L’Armada vue du haut des aires

Le général Italo Balbo, ministre de l’Air dans le gouvernement Mussolini amerrit à Montréal, à la tête de son escadrille de 24 hydravions, le 14 juillet 1933, alors qu’il est en route vers Chicago.

Il était midi 26 quand l’avion modèle D-H Oragon de la Canadian Airways quitta l’aérodrome de Cartierville sur permission spéciale du ministère de la Défense nationale pour se rendre au-devant de l’escadrille italienne commandée par le général Balbo, privilège qui fut réservé seul à cette compagnie dans le but de ne pas entraver la course des hydravions dans leur avant-dernier étape de leur voyage à destination de Chicago.

La Canadian Airways avait bien voulu inviter quelques journalistes à bord de cet avion afin de leur faire suivre plus précisément la course de l’Armada, avant qu’elle eût atteint la jetée Fairchild, ligne de démarcation sur le fleuve Saint-Laurent.

Les journalistes étaient MM. Henri Beauchamp, de La Presse, Placide Labelle, Austin Cross, P.W. Wright et Henry Jany. Le pilote K.-F. Saunders était en charge de l’avion.

Pendant deux heures

Survoler pendant deux heures le fleuve Saint-Laurent, la banlieue de Montréal et la Rive-Sud dans l’attente de voir bientôt apparaître une flottille de 24 hydravions est une expérience que beaucoup de citoyens souhaiteraient faire.

Le spectacle qui s’offrit aux occupants du CF-APJ lors de l’arrivée de l’Armada, vue de 6000 pieds d’altitude était fort intéressant et même enthousiaste.

Il était exactement une heure 45, hier, après-midi, quand les premiers hydravions de l’escadrille italienne firent leur apparition près du pont de Montréal. Du haut du CF-APJ, les occupants, encore à une altitude de 6000 pieds pouvaient distinctement apercevoir leur silhouette à travers un nuage d’humidité dont était remplie l’atmosphère. On pouvait les voir évoluer gracieusement au-dessus des nappes d’eau du fleuve Saint-Laurent, et venir amerrir docilement à leur place respective.

À son arrivée, le général Italo Balbo fut accueilli par le consul d’Italie à Montréal, M.L. Russo et par l’honorable Alfred Duranleau, ministre de la marine et représentant du gouvernement canadien. La petite Yola Narizzano présenta une gerbe de fleurs à l’illustre visiteur.

(C’est arrivé le 15 juillet 1933).

Italo Balbo

Armada italienne

L’arrivée de l’Armada à Longueuil. Carte postale de l’époque

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>