Des nouvelles pas fraîches

Inauguration de l’Insectarium

Inauguration de l’Insectarium

Le maire Doré inaugure l’Insectarium de Montréal

Si les visiteurs du nouvel Insectarium de Montréal manifestent le même intérêt que le maire Jean Doré l’a fait le 9 février 1990 devant les milliers d’insectes vifs ou morts qui peuplent ce nouveau musée, son succès est assuré. Ils étaient d’ailleurs plusieurs centaines, au moment de l’inauguration, à découvrir l’univers des insectes qui compose 80% du monde animal.

Avec quel enthousiasme le maire s’émerveillait-il de l’ingénieux camouflage de tel papillon qui se donne des allures de hibou pour échapper aux prédateurs ou encore de l’audace de telle guêpe qui doit tuer une tarentule trois fois plus grosse qu’elle, l’évider et pondre ses œufs dans sa carcasse.

M. Doré tenait son savoir tout neuf du héros de la journée, M. Georges Brossard, qui, par le don de sa collection de 250 000 insectes à la ville de Montréal, a permis la mise sur pied de ce haut lieu des sciences naturelles.

La collection de l’Insectarium comprend aussi les dons de 4 000 insectes de Paul et Katie Barbeau, et les 1500 spécimens de Louis-Philippe Durocher. Il se classe, dès son ouverture, premier au monde avec l’Insectarium de Tama, au Japon. Le maire a rendu hommage à tous ceux qui ont mené ce projet à terme, en particulier à M. Pierre Bourque, le directeur du Jardin botanique.

La construction de l’Insectarium, près du Jardin botanique, a coûté 4,7 millions dont 2,5 millions payés par la ville. Les gouvernements y ont mis 1,6 million, et le public 600 000$.

(Cela se passait le 9 février 1990)

insectarium

Une bibite. Photo : GrandQuebec.com

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>