Des nouvelles pas fraîches

Industrie du radium

Industrie du radium

L'industrie du radium au Canada

L'industrie du radium au Canada a fait des progrès en 1937. La propriété de l'Eldorado Gold Mines Limited, au Grand lac de l'Ours, dans les Territoires du Nord-Ouest signale une augmentation appréciable de sa production.

Le programme général d'expansion annoncé au début de l'année a été virtuellement accompli, et, pour traiter le rendement accru de la mine, la compagnie augmente la capacité de son affinerie de Port-Hope, Ontario. En comprenant le laboratoire de radium proprement dit, cinq nouveaux bâtiments ont été érigés, et le nouveau matériel permettra de tripler la capacité de l'ancienne usine. On pourra aussi traiter de nouveaux produits, qui ne figurent pas encore à côté du radium, de l'uranium, de l'argent, du plomb et du cuivre, sur la liste, toujours plus nombreuse, de la mine Eldorado.

Les produits de l'uranium sont beaucoup employés par diverses industries, dont la céramique, et la demande est plus forte que jamais.

Parmi les travaux accomplis à la mine figurent 8,000 pieds de galeries souterraines, et la construction de plusieurs bâtiments. La mine a été électrifiée par l'installation de nouveaux générateurs et appareils Diesel ; l'huile servant de combustible est fournie par les puits de Norman.

Ces installations, ainsi que celles d'appareils tels que crible, filtre et nouvelles cellules de flottage, furent terminées en décembre 1937. À Eldorado même on a construit deux réservoirs de 70,000 gallons pour l'huile combustible, un laboratoire de chimie, un nouveau bureau d'analyses, et une nouvelle cuisine-salle à manger de deux étages.

Au puits No 2, ou puits en ravin, les travaux ont compris l’installation d’une ligne de transmission électrique venant du centre de l'exploitation, et une route. Le puits à deux compartiments a été approfondi à 125 pieds ; un chevalement-abri a été érigé et équipé à l'électricité. À Bonanza, sur la pointe Dowdell, on a aussi achevé des travaux de voirie, une station de force motrice, une forge, un chevalement, et d'autres bâtiments nécessaires.

L'un des événements les plus romanesques de l'histoire des explorations minérales fut la découverte de pechblende et de minerais d'argent faite par Gilbert Labine, en mai 1930, en un point situé au nord-ouest de la baie de l'Écho, Grand lac de l'Ours, dans les Territoires du Nord-Ouest. Si l'on considère l’éloignement de cette région, à environ 40 milles au sud du cercle arctique, l'installation d'une mine moderne pouvant traiter 100 tonnes de minerai par jour et employer plus de cent hommes d'une manière permanente, est un exploit remarquable.

(Les Diplômes, numéro 4, mars 1938).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>