Des nouvelles pas fraîches

L’avance de l’heure

L’avance de l’heure

L’avance de l’heure

C’est demain, le 2 mai 1920 qu’entre en vigueur le décret de la Commission administrative au sujet de l’avance de l’heure.

Toutes les horloges municipales seront avancées d’une heure, à deux heures et demie, la nuit prochaine. Toutes les municipalités de la province de Québec, ainsi que d’autres villes canadiennes, appliquent aussi cette mesure.

L’an dernier, le gouvernement fédéral refusait d’adopter l’avance de l’heure, mais, comme les chemins de fer continuèrent de prendre avantage de la loi d’économie de la lumière du jour, l’effet de ce refus de la part du gouvernement ne se fit pas beaucoup sentir.

Les chemins de fer de l’État avaient de même suivi l’exemple des compagnies de chemins de fer, attendu que les compagnies américaines avaient adopté l’avance de l’heure.

Cette année, les États-Unis ont décidé de ne pas adopter l’avance de l’heure, de sorte que les chemins de fer américains ont dû faire de même. Nos chemins de fer, à cause des points de correspondance, se trouvent dans l’obligation de ne pas avancer l’heure sur les grandes lignes.

Dans la capitale, il est probable que le parlement suivra l’avance de l’heure, attendu que les grandes villes du Canada l’ont adoptée.

L’honorable L.-A. Taschereau, qui agit comme premier ministre en l’absence de sir Lomer Gouin, et procureur général, fit adopter une loi provinciale à ce sujet, à la dernière session. Cette loi donne le pouvoir à la province d’adopter l’avance de l’heure.

(C’est arrivé le 2 mai 1920).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>