Des nouvelles pas fraîches

La guerre aux rats

La guerre aux rats

La guerre aux rats

On découvre un vrai ratapoils en plein centre de Montréal. – Un groupe de chiens ratiers a commencé la lutte

Le rat, le fléau des grandes villes, est instrument de vengeance divine à ce que prétendaient les païens, cet ennemi redoutable de l’hygiène et de la santé publique, ce fléau des basses-cours le désespoir des ménagères, et le cauchemar des agriculteurs, menacerait-il, par hasard, d’envahir tous nos grands établissements?

On dit que ce rongeur est le produit de l’invasion des barbares, et que, par le nombre de variété de rats dans un pays, on peut compter les couches de barbares qui se sont superposées. À ce compte-là, le Canada a dû être, à une époque indéterminé, habité par des infinités de hordes sauvages, surtout, s’il faut en juger par le nombre et les variétés de rats qui, tous les soirs, pullulent et grouillent sur le parquet de certains de nos grands entrepôts de viandes.

C’est ainsi que La Presse, dans son édition du 18 décembre 1903 commence un article que le quotidien consacre à la lutte contre c détestable et dégoûtant rongeur qu’est le rat. Et n’eût été du fait qu’il s’agit d’une bête repoussante, on serait porté à apprécier le texte à cause de la qualité des images projetées par la plume de l’auteur.

L’article traitait de la méthode utilisée la veille, pour éliminer les rats qui avaient envahi le marché Bonsecours. Pour ce faire, on avait décidé de recourir à une meute de ratiers, ces chiens spécialisés dans la chasse aux rats. Retournons au texte de l’article:

Hier soir (17 décembre 1903), une quinzaine de chiens bas sur pattes, de toutes races, couleurs et descriptions, arrivaient sur le coup de neuf heures, accompagnés de leurs maîtres.

Les chiens rentrent en scène

Un coup discret à la porte, et le gardien laisse entrer les conspirateurs. Pour attirer l’ennemi on avait eu la précaution de lui offrir des présents sous formes d’appâts appétissants.

Un grand silence se fit : les lumières furent éteintes. À la clarté des lumières électriques du dehors, tout le monde fut témoin du spectacle qui avait étonné le gardien quelques jours auparavant. Les rats venaient de tous côtés. Dans l’obscurité, on voyait briller leurs yeux. C’était une étrange scène. Si cette horde de rongeurs se fut tout à coup jetée sur le petit groupe d’hommes blottis dans un coin de l’escalier, il serait curieux de savoir ce qui en aurait résulté.

Au signal donné

À un signal donné, les lumières électriques inondèrent de leurs foyers la vaste pièce. Les chiens, en sentant leurs ennemis, s’élancèrent dans le tas avec une ardeur incroyable. Ce fut un désastre terrible pour les rongeurs. En moins de cinq minutes, 60 carcasses jonchaient le champ de bataille. Un des ratiers fut mordu au nez. Il lâcha un cri de douleur et d’un bond il se planta devant le trou où les fuyards se dirigeaient pour opérer leur retraite, puis, pour mieux animer et prolonger le carnage, il saisissait les rôdeurs par la nuque et les lançait prestement au milieu de la pièce afin de donner une meilleure bouchée à ses frères d’armes.

Le combat est court

Le combat, quoique de courte durée, fut dès plus animés. Les témoins déclarent qu’ils n’ont jamais vu de pareille scène.

Plus tard, dans le soirée, un excellent tireur de la ville eut l’idée d’aller pratiquer le tir à la carabine sur les repoussants quadrupèdes. La fusillade fut animée et les victimes furent nombreuses. Un constable qui passait entendit la détonation. Il crut que les pillards attaquaient le gardien à main armée et entra pour perquisitionner. Il resta lui-même étonné de voir un tel amoncellement de cadavres de rats.

Rats

Rat vert de Montréal. Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>