Des nouvelles pas fraîches

Grippe espagnole

Grippe espagnole

Cinq cas de grippe espagnole en ville

La grippe espagnole a atteint cinq personnes de la ville de Montréal qui sont actuellement (27 septembre 1918) à l’hôpital Général. Les hôpitaux Royal Victoria et Western rapportent qu’ils n’ont aucun cas. Autant qu’on peut s’en assurer, la maladie ne sévit ni parmi les élèves de la commission scolaire protestante, ni parmi ceux de la commission scolaire catholique. À l’hôpital Général, on dit que les patients atteints de la grippe espagnole souffrent tout simplement d’une grippe ordinaire, mais plus maligne. Si elle est prise à temps, elle ne peut guère causer la mort. Négligée, elle peut dégénérer en pneumonie ou en méningite.

Le Dr. Séraphin Boucher, directeur du service de santé de la ville, déclare que tant que persistera le danger d’épidémie de la grippe espagnole, toute personne ayant un rhume accompagné de mal de tête et de peines dans le corps t dans les membres fera bien de s’aller et d’appeler un médecin. C’est aussi l’avertissement que donne le conseil provincial d’hygiène. Comme question de fait, ces avis ont toujours été donnés par la profession médicale; mais on doit les suivre à la lettre actuellement, si l’on veut éviter tout danger.

La grippe à Saint-Jean

Saint-Jean – L’épidémie de grippe espagnole aux casernes de Saint-Jean, est devenue plus sérieuse. Depuis hier, le nombre des cas d’hôpitaux s’est élevé de 335 à 450.

On ne rapporte pas de nouveaux décès. Deux soldats sont cependant dangereusement malades d’une pneumonie qui a suivi l’influenza.

Le général Wilson, commandant du district militaire de Montréal, a pris toutes les précautions possibles pour empêcher la diffusion de la maladie. Les casernes ont été mises en quarantaine d’une manière rigoureuse. On disait hier, que la maladie avait gagné la population civile de Saint-Jean.

À Princeville

Princeville – L’intensité de grippe espagnole qui ravage nos cantons ne semble pas vouloir s’arrêter. Des cas nouveaux se déclarent à Victoriaville. Dans le village de Saint-Norbert, où il y a une foule de malades, les cas semblent moins graves ou ont été soignés à temps. Pour l’instant, on ne connaît pas de morts dans Saint-Norbert; quelques personnes sont dans un état très grave tout de même.

(Ces nouvelles datent du 27 septembre 1918).

grippe espagnole

  Soeurs de Sainte-Croix durant l’épidémie de grippe espagnole en 1918. Photo de l’époque

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>