Des nouvelles pas fraîches

Retour de Diane Hébert

Retour de Diane Hébert

Diane Hébert prend son premier bain de foule à Montréal

"Elle est belle" – tout le monde chuchotait la même remarque au Complexe Desjardins, alors que Diane Hébert, qui est rentrée au Québec au cours du week-end dernier, prenait hier, le 7 avril 1986, son premier bain de foule.

Il est vrai, la Lavalloise de 28 ans était rayonnante. Le visage bien rond, les yeux pétillants, l'air taquin, Diane Hébert n'a plus rien à voir avec la frêle jeune femme dont la vie ne tenait qu'à un fil il y a à peine six mois.

Elle dansera même. Quand Diane a quitté Montréal, il y a deux ans et demi pour la Californie où elle a attendu en vain pendant 23 mois une greffe coeur-poumons qui, finalement, a eu lieu à Toronto. Elle avait promis aux Québécois qui la supportaient de revenir vivante, et, un jour, de danser pour eux.

Elle se libérera donc aujourd'hui de sa promesse, lors d'une partie de sucres organisée par le Fonds des greffes de l'Hôpital Royal Victoria.

"Quand on veut, on peut". C'est la divise de ce tout petit bout de femme, qui aux yeux de ses médecins, est un miracle sur deux pattes!

(Nouvelle, publiée le 7 avril 1986 dans La Presse).

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>