Des nouvelles pas fraîches

Les policiers rentrent

Les policiers rentrent

Les policiers rentrent

Drummondville : Après une séance d’étude de 44 heures à Drummondville, les membres de l’Association des policiers provinciaux du Québec ont décidé, à 7 heures ce matin (28 septembre 1971), de mettre fin à leur débrayage et d’accepter la médiation du ministre du Travail, M. Jean Cournoyer.

Le résultat du vote a été accueilli avec enthousiasme par les policiers, et le président de l’APPQ, M. Guy Magnan, a été porté en triomphe après avoir demandé à tous de se rallier au voeu de la majorité.

C’est par 794 voix à 335 que les policiers ont accepté de reprendre leur travail et de remettre leur sort entre les mains du ministre du Travail.

Quelques instants plus après avoir connu le résultat du scrutin, M. Magnan a déclaré que l’intervention de M. Cournoyer a été la planche de salut qui permet à la population et à la Sûreté du Québec une certaine réconciliation.

La décision de prendre un vote secret a été prise après plusieurs heures de discussion à huis clos et à un certain moment les dirigeants de l’APPQ craignaient que la déclaration du ministre de la Justice, M. Jérôme Choquette, avant l’arrivée de M. Cournoyer à Drummondville, n’influence défavorablement le vote.

M. Choquette avait mentionné que M. Cournoyer avait pour mandat d’agir comme médiateur mais seulement à la condition expresse du retour immédiat au travail des policiers.

Au cours d’une entrevue, le président Guy Magnan a révélé que M. Cournoyer avait fait des propositions préliminaires touchant le point principal du litige, soit l’opération Cross-Laporte. « Le règlement qu’il propose, a dit M. Magnan, s’apparente aux demandes déjà formulées par l’Association ».

Ni représailles ni salaire

On a assuré les policiers avant le vote qu’il n’y aurait pas de représailles pour les policiers qui ont quitté leur travail pour joindre la séance d’études. Toutefois, il a été bien spécifié que ceux qui devaient être au travail ne seront pas rétribués pour le temps perdu.

Parlant posément et très lentement, devant plus de 2,500 policiers qui l’écoutaient scrupuleusement, M. Cournoyer a révélé qu’il ne pouvait bénir le geste des policiers, mais qu’en tant que ministre du Travail et habitué à ce genre de conflit, il était en mesure de le comprendre.

M. Cournoyer s’est refusé à qualifier de grève le débrayage des policiers de la SQ. « Il ne s’agit pas d’une grève mais d’une séance d’étude », devait-il signaler.

(C’est arrivé au Québec le 28 septembre 1971)

la police

la police

La police dans les rues de Montréal, photo du domaine public

Voir aussi :

2 Comments

  1. ROBERT BEAUSOLEIL

    2013/12/26 at 12:07

    GRANDQUÉBEC VOUS AVEZ OUBLIÉ L`IMPORTANTE GREVE DES POLICIERS DE MONTREAL LE 7 OCTOBRE 1969

  2. Équipe GrandQuebec

    2014/03/02 at 10:38

    Mais non, Monsieur Beausoleil. On en parle dans la section Ligne du temps 1969 :
    http://grandquebec.com/ligne-du-temps-xx-siecle/ligne-du-temps-1969

    Ici, dans le volet Nouvelles pas fraîches, on ne fait que publier des extraits de la presse, et c’est vraiment impossible de citer tous les articles et nouvelles.

    Merci de votre attention et corrections !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>