Des nouvelles pas fraîches

L’euro pour l’an 2000

L’euro pour l’an 2000

L’euro pour l’an 2000

Avec l’approche du prochain millénaire, l’Europe fait face à un double tracas informatique. En plus de la reprogrammation des systèmes informatiques en prévision de l’an 2000, il faut aussi composer avec le sérieux problème comptable des conversions à l’euro qui présentent les mêmes similitudes que celles de l’an 2000: le caractère critique quant à l’échéance, le manque de ressources, la difficulté d’isoler le problème dans les programmes.

L’adaptation à chacun de ces deux événements prochains coûte d’ailleurs tout aussi cher aux entreprises européennes. Selon le calendrier actuel, les billets et pièces en euro auront cours au même titre que les monnaies nationales dès le 1er janvier 1999 dans les onze pays participants. Ces dernières seront définitivement retirées de la circulation au plus tard le 1er juillet 2002.

Cette période de transition, entre 1999 et 2002, qui voulait permettre aux consommateurs et aux entreprises de changer progressivement leurs habitudes, pose un problème comptable jamais vus: la prise en compte de deux devises pour un même pays.

Les entreprises devront notamment se doter d’un double système de comptabilité et de caisse pour être capables d’acquitter ou d’accepter des paiements aussi bien en euros qu’en francs. Les petits commerces seront quant à eux rapidement confrontés à des problèmes de double étiquetage (y compris les codes à barres optiques), de tiroir-ciasse et de formation des vendeurs, qui devront être capables de jongler avec deux monnaies.

Et, pour les entreprises qui exportent en Europe, des ajustements s’imposent aussi. La conversion des systèmes comptables à l’euro est cruciale pour les sociétés exportatrices canadiennes tirant plus de 20% de leurs revenus de L’Europe, estime M. Michael Klemen, du service des ventes du fabricant allemand de logiciels SAP AG. Les autres peuvent se rabattre sur leur institution financière pour régler comme à l’habitude les problèmes de devises.

Le nouveau look européen
Ce sont 13 milliards de billets et 76 milliards de pièces de monnaie, soit le contenu de 60 800 camions d’une tonne, qu’il faudra remplacer d’ici l’an 2002.
  • Pièces : Un côté sera commun à toute la zone euro, l’autre sera propre à chaque pays.
  • Les eurocents : Pièces de 1, 2, 5, 10, 20, 50 cents (1 euro – 100 cents). L’euro : Pièces de 1 et 2 euros.
  • Billet : une face commune, sept coupures de 5, 10, 20, 50, 100, 200 et 500 euros.

L’euro c’est pour bientôt. Selon le calendrier actuel, l’euro apparaîtra le 1er janvier 1999 pour s’implanter progressivement au cours d’une période de transition de trois ans. Voici le tableau final :

  • 1er janvier 1999 : Les monnaies nationales subsistent, mais les réserves et les dettes des États sont désormais comptabilisés en euros. Les comptes en banque, les cartes de crédit et les prix commencent à être calculés en euros.
  • 1er janvier 2002 : Commence le retrait des monnaie nationales. Les paiements commerciaux ne peuvent se faire qu’en euros.
  • 1er juillet 2002 : Les monnaies nationales disparaissent, seul l’euro a valeur.

(Cette annonce a été faite le 12 juillet 1998).

banque_cibc
La banque CIBC au coeur du Vieux-Montréal. Illustration : GrandQuebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>