Des nouvelles pas fraîches

L’Empress of Ireland

L’Empress of Ireland

Épouvantable catastrophe de l'Empress of Ireland

L’Empress of Ireland, filant vers l’Angleterre, est frappé par le charbonnier norvégien Storstad, à 20 milles en bas de Rimouski et coule en quelque dix minutes

Rimouski, 29 mai 1914 – Un marconigramme annonçait, ce matin, que mille passagers et hommes d’équipage de l’Empress of Ireland avaient perdu la vie. Trois cents cinquante passagers ont été débarqués à Rimouski.

Le télégraphiste de la compagnie Marconi, à Rimouski, a donné un compte rendu du naufrage. Voici son rapport :

"L’Empress of Ireland a été frappé, ce matin, à une heure et quarante-cinq minutes par le charbonnier Storstad, à vingt milles de la Pointe-au-Père. Le paquebot a coulé dans dix minutes.

Le signal de détresse SOS (Save Our Ship) a été reçu à la Pointe-au-Père et les steamers du gouvernement, l’Eureka et le Lady Evelyn ont été envoyés immédiatement au secours du paquebot en détresse. L’Empress of Ireland penchait et il fut impossible de mettre à l’eau plupart de ses chaloupes.

Le capitaine H.G. Kendall, commandant de l’Empress of Ireland, a été recueilli sur une épave une demi-heure après que son navire eût coulé.

Le charbonnier Storstad, de la ligne Black Diamond, aurait recueilli 360 naufragés."

Rimouski, 29 mai 1914 – Le 14 avril 1912 marquait une épouvantable époque dans l’histoire de la navigation transatlantique : le Titanic s’enfonçait dans les profondeurs insondables de l’océan, avec près de 1,500 de ses passagers et membres d’équipage. Le monde maritime tout entier prit le deuil; le désastre eut un retentissement universel. On frémit encore d’horreur au souvenir des scènes dramatiques qui se sont passées sur le pont et dans les flancs du monstre marin, et dans les embarcations perdues en plein océan, lamentablement dirigées par les occupants éperdus, paralysés par l’épouvante.

Puis survint la catastrophe plus récente du Volturno, avant que le télégraphe nous apporte l’épouvantable nouvelle de la perte de l’Empress of Ireland, l’un des plus beaux vaisseaux de la Compagnie du Pacifique Canadien.

La catastrophe survint en pleine nuit, à 2 heures et demie ce matin (29 mai 1914) ; le vaisseau sombra dans l’abime, dix minutes après avoir été frappé par un charbonnier, à quelques arpents seulement des côtes en bas de la Pointe-au-Père. L’Empress fut, rapporte-t-on, entrainé dans l’abime avec presque tous ceux qu’il portait, et cela avant même qu’on put mettre une seule chaloupe à la mer. Ce fut une plongée foudroyante dans plus de 100 pieds d’eau.

L’effroyable bilan se résume ainsi : passagers, 990; membres d’équipage, 432; sauvés, à peine 420 ; morts probablement, plus de 1,000.

La plupart des victimes ont dû être noyées, asphyxiées en plein sommeil. Le commandant du vaisseau a pu être sauvé; on l’a recueilli quelque temps après le désastre, sur un radeau qu’entraînait le courant de la marée.

La première nouvelle du désastre a été communiqué au public par M. John McWilliams, de la station de télégraphie sans fil de la Pointe-au-Père; elle se répandit à Montréal comme une traînée de poudre. Elle fut d’autant plus douloureuse que plusieurs citoyens de notre ville avaient pris passage à bord de l’Empress. Sont-ils parmi les rescapés? Espérons-le.

Les deux vaisseaux préposés au service des courriers européens et des pilotes, à Rimouski et à la Pointe-aux-Père, ont, à toute vapeur, couru au secours des naufragés, sur l’ordre que leur en ont donné les autorités fédérales. Hélas! L’épouvantable drame était accompli quand ils arrivèrent sur le lieu du désastre. Du moins ont-ils pu ramener à bon port ceux qui n’avaient pas été entraînés dans l’abîme après la collision.

empress ireland

Pavillon de l'Empress of Ireland, site historique de Pointe-au-Père. Source de l'image : Musée de l'Empress of Ireland

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>