Des nouvelles pas fraîches

Écoles publiques

Écoles publiques

Les écoles à vocation particulière prises d'assaut

Les écoles à vocation particulière et les écoles alternatives de la CECM sont prises d'assaut par les parents qui sont de plus en plus exigeants et recherchent ce qu'il y a de mieux pour leurs enfants.

Les écoles qui ont une bonne réputation, comme la polyvalente Louis-Riel, font aussi fureur. Longtemps considérée comme la plus privée des écoles publiques, Louis-Riel a un fonctionnement spartiate et un code de vie rigoureux où les casquettes, les jeans bleus et les chandails avec des capuchons ou des inscriptions sont bannis.

Les parents semblent apprécier ce rigorisme, puisque le 8 février lors d'une soirée d'information, l'auditorium, qui a une capacité de 450 places, était plein à craquer. La direction avait d'ailleurs prévu le coup et ouvert aussi la cafeteria où une centaine de parents s'étaient massés pour entendre le directeur vanter les mérites de sa pédagogie.

Autre exemple : À Sophie-Barat, une école secondaire qui offre un programme défi pour les forts en science et qui sélectionne les meilleurs élèves, s'est la bousculade. Cette année, près de 400 élèves se sont présentés à l'école pour passer l'examen d'admission. Une centaine seulement ont été admis.

En fait, les parents boudent les écoles traditionnelles et se précipitent sur celles qui offrent un projet éducatif particulier, que ce soit la musique, les arts, le cinéma, les sciences ou l'enseignement intensif de l'anglais en sixième année. Environ une dizaine d'écoles de la CECM offrent ce programme où l'enfant fait toutes les matières académiques en cinq mois et de l'anglais le reste de l'année.

Pendant que les listes d'attente s'allongent et que les parents font le pied de grue et tentent, parfois désespérément, d'inscrire leur enfant dans une "bonne" école publique, certaines polyvalentes à la réputation sulfureuse comme Saint-Henri, Pierre-Dupuy, Honoré Mercier ou Chomeday-de-Maisonneuve, se vident tranquillement de leurs élèves.

(Publié le 22 février 1995 dans Le Devoir).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>