Des nouvelles pas fraîches

Écoles anglaises

Écoles anglaises

La clientèle des écoles anglaises privées a bondi de 40 pour cent

Seule école privée de langue anglaise connaît une augmentation du nombre de ses élèves au Québec, depuis les dernières années, compensant en partie le déclin considérable de l’école publique anglaise depuis l’imposition de la Charte de la langue française (loi 101).

L’école privée de langue anglaise, dont la majorité des établissements ne sont pas soumis à la loi 101 parce qu’ils ne sont pas subventionnés par l’État, a connu une hausse de 40% de ses effectifs au cours des cinq dernières années, selon des données du ministère québécois de l’Éducation. Le secteur privé anglais comptait pour l’année scolaire 1994-1995 près de 12 200 élèves, majoritairement au niveau primaire.

Dans le secteur privé de langue française, le nombre d’élèves est resté stable, à près de 92600 pour l’année scolaire terminée en juin dernier. La stagnation du secteur privé français est comparable à celle qui est constatée dans le secteur public autant français qu’anglais.

L’école publique de langue française voit ses effectifs plafonner autour de 940 000 élèves, depuis cinq ans, tandis que l’école publique anglaise connaît aussi un plafonnement juste en dessous des 100 000 élèves.

La progression unique de l’école privée de langue anglaise, essentiellement à Montréal où sont situés la majorité des établissements privés, contraste nettement avec le climat de morosité qui imprègne le reste du monde scolaire au Québec.

Contourner la Loi 101

Le recours à l’école privée anglaise non subventionnée est un des moyens de contourner légalement les exigences de la loi 101 en matière de langue d’enseignement.

La loi dit qu’un enfant, dont l’un des parents est citoyen canadien qui a déjà fait la majorité de son cours primaire en anglais peut être admissible à l’école publique anglaise. Il suffit qu’un écolier ait passé uniquement sa première année du primaire dans une école privée en anglais pour qu’il devienne dès sa seconde année admissible, de même que ses frères et sœurs, à l’enseignement public en anglais.

Imposée par la Charte canadienne des droits, cette mesure d’exception à la loi 101 (communément appelée clause Canada) permet effectivement à des élèves de se soustraire à la charte de la langue française, mais dans des proportions inconnues

(Ce texte a été publié dans La Presse le 28 octobre 1995)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>