Des nouvelles pas fraîches

Le futur de l’école au Québec

Le futur de l’école au Québec

L'école, est-elle un fourre-tout?

De nombreux délégués des États généraux se sont plaints que l'école soit devenue un fourre-tout où on enseigne la sécurité routière, la sexualité, la catéchèse, l'hygiène et 56 autres choses au détriment des matières de base.

"Au premier, il faudrait éliminer ou condenser les cours secondaires et mettre l'accent sur une bonne acquisition des mathématiques, du français et de l'anglais", – a dit un délégué.

"Qu'on cesse donc de pelleter des nuages pour en revenir à quelque chose de plus terre à terre, de façon à ce que l'étudiant qui finisse son cours ait une formation professionnelle qui lui permette de gagner son pain", peut-on lire parmi les nombreux commentaires du même genre et remis aux organisateurs.

"L'enseignement des matières qui font référence à des choix personnels (sexualité, religion) devrait être laissé aux parents", a noté un autre délégué.

Plusieurs ateliers ont déploré les faiblesses évidentes dans l'enseignement du français langue maternelle.

La réforme entreprise par le rapport Parent il y a 25 ans visait à hausser le niveau culturel des Québécois, mais, selon un commissaire d'école, "on se retrouve maintenant avec un nouveau genre d'illettrés".

(Cela se passait le 4 avril 1986).

grande bibliothèque

Un groupe d'élèves à l'entrée de la grande bibliothèque. Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>