Des nouvelles pas fraîches

Québec rase ses délégations

Québec rase ses délégations

Québec rase la moitié de ses délégations à l’étranger

La vitrine du Québec sur le monde, le réseau des délégations et des bureaux du Québec a l’étranger, sera réduite presque de moitié. Des 22 délégations québécoises à travers le monde, il n’en restera plus que la moitié, une fois traversé l’exercice des crédits gouvernementaux.

Il n’en mourront pas tous, mais tous seront atteints, Les postes prestigieux, Londres, Paris, Bruxelles et New York demeurent, bien sûr, ouverts, mais devront subir des compressions de personnel.

En tout, 320 personnes travaillent pour le Québec dans les délégations et bureaux à l’étranger. Il en resterait environ 200 une fois terminées les compressions, un projet qui dormait depuis trois ans dans les cartons du gouvernement.

Le réseau des délégations représente un budget annuel de 50 millions de dollars – presque la moitié du budget total des Affaires internationales, 117 millions de dollars. Les compressions à l’étranger doivent livrer des économies de six millions et le ministère à Québec et Montréal – qui emploie 800 personnes – doit livrer un autre six millions.

Parmi les bureaux carrément fermés par mesure d’économie, on retrouvera Los Angeles, Atlanta, Bogota, Caracas, Milan et très probablement Gong Kong.

Québec sortira ses quelques fonctionnaire en pose à Séoul et fermera boutique aussi à Port-au-Prince, ainsi que dans certains postes où il ne maintenait qu’un bureau d’immigration : à Damas, au Caire ou à Vienne. On maintient toutefois Abidjan où le Québec loge à l’ambassade du Canada.

À New York, on retrancherait une dizaine d’employés aux 50 actuels. À Paris, on diminuera d’une quinzaine de personnes l’effectif qui compte 75 employés. À Bruxelles, on sabrera aussi, mais Londres, dont la délégation a eu plus que sa part de compressions l’an dernier, serait épargné. Le personnel du bureau de Boston, une demi-douzaine de personnes, serait réduit de moitié. Chicago, poste économiquement stratégique qui dirige le père de Patrick Roy, sera maintenu, tout comme les bureaux de Mexico, Tokyo et Rome.

(Nouvelle publiée le 4 mars 1996).

envolee en fumée

    Tout s’en va comme la fumée, L’espérance et la renommée. (Alfred de Musset, poète et écrivain français). Photo : © GrandQuebec.com

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>