Des nouvelles pas fraîches

Le Québec en furie

Le Québec en furie

Le pub des Cris met le Québec en furie

C’est un sentiment d’indignation, à tout le moins, qui partagent nos édiles politiques après avoir pris connaissance de la page publicitaire de 28 000$US, truffé selon Hydro-Québec, d’inexactitudes et d’erreurs de faits, publié dans le prestigieux New York Times de lundi, par la coalition américaine de anti-Baie-James, le Grand Conseil des Cris et Greenpeace à sa tête, sous le titre « Catastrophe à la Baie James ».

Tandis que le premier ministre Robert Bourassa, interpellé par le chef de l’opposition Jacques Parizeau, déclarait à l’Assemblée nationale que « l »utilisation de la bêtise avait atteint ses limites », le vice-premier ministre et ministre de l’énergie, Lise Bacon, annonçait aux journalistes, avec une fureur difficilement contenue, que les dispositions étaient prises pour que Hydro-Québec rétablisse les faits en achetant de la publicité dans les médias américains, en tout cas, dans le même New York Times.

Les faits à rétablir, c’est notamment que le développement hydro-électrique de la Baie James et de la Baie d’Hudson ait été présenté comme « une catastrophe écologique comparable en ampleur à la dévastation de l’Amazonie, la destruction d’une région sauvage grande comme la France ».

(Cette nouvelle fut publiée dans La Presse le 23 octobre 1991).

Amérindiens cris des prairies

Les Amérindiens Cris au 19e siècle, gravure de l’époque

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>