Des nouvelles pas fraîches

Corps exhumé

Corps exhumé

Corps exhumé

Vingt-sept ans après sa mort, le corps du policier Louis-Georges Dupont sera exhumé pour une nouvelle autopsie, ce matin, au cimetière Saint-Michel, à Trois-Rivières.

Les enfants de M. Dupont, qui se battent depuis tant d’années pour faire éclater la vérité sur la mort mystérieuse de leur père, sont bouleversés par la décision prise la semaine dernière par le juge Céline Lacerte-Lamontagne, qui préside la commission d’enquête sur la mort du policier trifluvien.

« Cette exhumation nous fait terriblement mal », a déclaré la cadette de la famille Dupont, France Noël, les yeux en larmes, devant le tombeau de son père et de quatre autres membres de la famille Dupont.

« On n’avait pas besoin de ça pour affirmer que mon père a été victime d’un meurtre, expliquait pour sa part l’aîné des enfants du policier, Jacques Dupont. Il a au moins 100 éléments de preuves comme quoi il s’agit d’un assassinat. Et puis, ça n’a pas de sens de déterrer un mort après 27 ans ».

(Texte publié dans La Presse le 26 août 1996).

Note de GrandQuebec.com : Le sergent-détective Louis-Georges Dupont a disparu le 5 novembre 1969. Son corps a été retrouvé le 10 novembre. Une lettre d’adieu retrouvée à ses côtés entraîne les enquêteurs à conclure au suicide. Sa mort survient dans le cadre d’une enquête que m;ene la Commission de police du Québec sur les activités du service de police de Trois-Rivières, et plus particulièrement sur la conduite du capitaine-détective Georges Gagnon, du lieutenant-détective Jean-Marie Hubert et du sergent-détective Paul Dallaire, ainsi que sur la prostitution à Trois-Rivières. M. Dupont déclare devant la Commission, le 9 septembre 1969.

La conclusion officielle n’est pas partagée pas la veuve à qui on a réfusé l’accès aux rapports d’enquête et d’autopsie. Le 20 décembre 1995, le juge Ivan Saint-Julien de la Cour supérieure du Québec ordonne au ministre de la Sécurité publique Serge Ménard, de tenir une commission d’enquête sur la disparition et la mort du policier Louis-Georges Dupont. Le juge se déclare à l’occasion convaincu que la mort du policier Dupont est le résultat d’un meurtre et non d’un suicide.

Une foix l’exhumation effectuée, le 26 août 1996, une autopsie supplémentaire est ordonnée par la commissaire Lacerte-Lamontagne et le 28 novembre de la même année, la commissaire conclut que la preuve et les composantes du dossier rendent davantage plausible la thèse du suicide.

Le capitaine Gagnon, le sergent-détective Paul Dallaire est congédié et le lieutenant-détective Jean-Marie Hubert sont destitués en janvier 1970.

Louis G. Dupont

Louis-Georges Dupont

Sergent-détective Louis-Georges Dupont, image de l’époque

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>