Des nouvelles pas fraîches

Exposition de voitures

Exposition de voitures

Salon des moteurs

Une foule énorme pour l’ouverture du salon des moteurs – première exposition de voitures

L’exposition de canots-automobiles et de moteurs suscite un enthousiasme extraordinaire. – L’élite de la société montréalaise visite les exhibits

La foule était si nombreuse samedi soir, le 23 mars 1912, à l’ouverture de l’exposition de canots automobiles et de moteurs, que l’ARENA (c’était le nom propre de l’établissement), transformé, pouvait à peine la contenir, et qu’il était difficile de circuler entre les pavillons des automobilistes (pour concessionnaires).

Cependant, à cause du délai produit par les mauvais chemins, plusieurs des exhibits n’étaient pas encore arrivés et jusqu’à onze heures du soir, ce fut un défilé de lourdes voitures apportant des canots, des yachts, des moteurs, puis encore des canots et des yachts. Il est probable que tout sera installé ce soir, et même dans le cours de cet après-midi. M. R. M. Jaffray, qui s’occupe de tout mettre en place, assure que les derniers exhibits seront placés aujourd’hui, le 24 mars 1912, sans faute.

L’élite de la société montréalaise s’était donné rendez-vous à cette première et les exposants ont été assaillis de questions par cette foule curieuse et vivement intéressée à tious les yachts et canots ainsi qu’aux moteurs de toutes les marques qui encombrent les deux côtés des allées.

Tout le monde a voulu visiter le croiseur (sans doute un traduction de cruiser) exposé par la maison Fairbanks. C’est un superbe yacht de 40 pieds qui ne tire cependant que 28 pouces d’eau malgré sa largeur de 5 pieds 6 pouces.

Il contient une cabine qui abrite six personnes. Six autres personnes trouvent aisément place dans le poste d’arrière, d’où un seul peut à la fois diriger le moteur et gouverner le yacht. Fini en un blanc éblouissant avec une menuiserie tout d’acajou, ce bateau est vraiment magnifique. À la fermeture de l’ARENA, beaucoup attendaient encore leur tour pour le visiter.

exposition voitures quebec

Exposition de voitures à Versailles. Hum… c'est loin du Québec, mais les voitures sont belles. Photo : © GrandQuébec.com

La foule s’est pressée autour du petit moteur Evinrude qu’on pourrait appeler un moteur de poche. Toute la machine ne pèse que 50 livres et peut s’ajuster instantanément à une chaloupe, un canot ou un bateau plat. Elle permet une vitesse de six à sept milles à l’heure pendant 30 milles sur sa seule provision d’essence, et un enfant de dix ans peut le monter el démonter parfaitement. L’hélice minuscule sert en même temps de gouvernail et le moteur est le plus simplifié qui existe au monde. Une fois démonté, on peut le placer dans un sac ordinaire et le porter comme une valise à main.

L’hydroplane ELCO attire beaucoup l’attention du public. Cette petite chaloupe avec son moteur développant la force énorme de 90 H. P. est toujours entourée.

L’exposition de la compagnie du Grand Tronc attire beaucoup l’attention de même que celle de la compagnie Walker et celle de la compagnie Shea Sales. On en parle beaucoup des grands autos nouveau modèle ainsi que des divers bateaux manufacturés par des particuliers et qui attendent l’ouverture de la navigation pour commencer la série de leurs prouesses sur le lac Saint-Louis.

Le yacht de la Presse, construit par M. A. Meloche, n’était pas encore en place au moment de l’ouverture; mais il sera logé à côté d’exhibits fort intéressants, comme les camions automobiles d’artillerie de la maison Berliert.

(Texte publié le 24 mars 1912 par La Presse).
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>