Des nouvelles pas fraîches

Fin de la Commission des liqueurs

Fin de la Commission des liqueurs

Fin de la Commission des liqueurs

Le procureur général annonce la refonte totale de la Commission des liqueurs dès la prochaine session

Québec. – Le procureur général, M. Georges Lapalme, a annoncé aujourd’hui, 13 juillet 1960, la démission du directeur de la Commission des liqueurs, M. Édouard Rivard, et la nomination de Me. Lucien Dugas, de Joliette, comme son successeur. Me Dugas est un ancien président de l’Assemblée législative et un ancien président de la commission des services publics.

M. Lapalme a également annoncé que la structure de la Commission serait refondue de façon radicale, en sorte qu’elle devienne un organisme quasi judiciaire qui prendra connaissance des requêtes de permis au cours de séances politiques.

La législation sans laquelle les changements envisagés ne pourraient s’effectuer sera proposée à l’Assemblée législative de la prochaine session, a précisé M. Lapalme dans une conférence de presse. Le statut du directeur de la Commission sera sensiblement modifié: ce dernier se verra confier des pouvoirs de plus grande envergure.

Nouveau nom

Le nom de la Commission, entre autres choses est appelé à changer. M. Lapalme n’a rien dit du nouveau nom qu’on se propose de lui donner, mais on croit savoir dans les milieux bien informés qu’elle s’appellera, après la réorganisation, la Régie des alcools et des vins.

Les puristes de la langue se réjouiront les premiers de cette transformation, puisque dans le sens qu’on lui donne, le mot liqueurs est un anglicisme.

Mais la grande modification, naturellement, reste celle de la structure de l’organisme qu’on désire soustraire entièrement au jeu de la politique.

« Tel que déjà annoncé par le premier ministre, a expliqué le procureur général, il y aura un changement radical dans la structure de la Commission des liqueurs, car nous avons l’intention, dès la prochaine session, de présenter une législation, en vertu de laquelle cette commission deviendra un organisme quasi judiciaire.

« C’est ainsi par exemple que les demandes de permis, de transfert et de rénovation de permis seront entendus publiquement, comme cela se fait présentement à la Régie des transports. »

ville design vin

Apportez votre vin. Photo : © Voyageaucanada

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>