Des nouvelles pas fraîches

Campagne de dénigrement

Campagne de dénigrement

Hydro estime avoir neutralisé « la campagne de dénigrement » des Cris

Hydro-Québec estime maintenant avoir « neutralisé la campagne de dénigrement et de harcèlement » que les Cris avaient amorcé en Europe contre ses grands projets hydro-électriques.

Dépêché en urgence à Bruxelles il y a deux ans, le vice-président Europe d’Hydro-Québec, M. Jacques Finet, rentre au Québec, le mois prochain avec le sentiment d’avoir gagné cette bataille. « En Europe, on a réagi à temps, ce qu’on n’avait malheureusement pas fait  aux États-Unis. Aujourd’hui, on peut s’en féliciter, a dit M. Finet. Les banquiers commençaient à se faire accuser d’être des partenaires d’une entreprise qui massacrait l’environnement et commettait un génocide. Il était grand temps qu’on vienne ».

Avec ses trois employés, le bureau bruxellois  d’Hydro Québec dispose d’un budget annuel de près d’un million de dollars. Cette somme est à la mesure des enjeux : la société d’État vient chercher des milliards de dollars de financement sur les marchés européens. Les Cris, forts de l’appui des Verts européens, ont tenté plusieurs opérations en Europe, notamment, à Bruxelles, devant le parlement européen, à Genève, en Allemagne et à Amsterdam, auprès du Tribunal international de l’eau. Hydro Québec a neutralisé toutes ces tentatives. « Et dans ce domaine, neutraliser, c’est réussir le travail » résume M. Finet.

Rester vigilant

Pour l’instant, Hydro Québec n’est plus dans le collimateur des écologistes européens. Les Allemands en particulier ont trouvé une nouvelle cible: les exploitants forestiers de la Colombie-Britannique, contre lesquels ils mènent une campagne féroce. Si « la menace est moins grande », il faut néanmoins rester « alerte » prévient Jacques Finet.

« Les Cris sont moins menaçants parce qu’on a fait le travail, dit-il, mais je serais drôlement inquiet si on fermait le bureau. Les Verts croiraient qu’ils ont la voie libre ». Hydro Québec restera donc à Bruxelles après le départ de son vice-président Europe. Cette présence sera toutefois plus « légère ».

M. Finet ne sera pas remplacé et le reste du personnel pourra être relogé dans des locaux moins vastes. Depuis septembre 1991, Hydro Québec est le voisin de palier de la Délégation générale du Québec dans la prestigieuse rue des Arts.

(Texte publié dans La Presse le 27 novembre 1993).

Amérindiens cris des prairies

Les Amérindiens Cris au XIXe siècle. Photgraphie de l’époque

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>