Des nouvelles pas fraîches

Briseur de coffres-forts

Briseur de coffres-forts

Arrestation de Pat Malone tristement célèbre comme briseur de coffres-forts

Deux agents le capturent malgré ses menaces. La nitroglycérine en scène. Explosion qui provoque un vif émoi. Un véritable arsenal vivant.

Une terrible explosion ébranlait tout un quartier de la ville de Montréal, le 15 novembre 1913, samedi soir, vers 9 heures 15. Quand la fumée se fut dispersée les premiers témoins rendus sur les lieux s'aperçurent que les bandits venaient de tenter de faire sauter avec de la nitroglycérine, le coffre-fort de l'établissement de MM. Webster et Son, marchands de matériel  de construction, N. 31, rue Wellington, à quelques portes à l'ouest de la rue McGill.

L'explosion avait causé un émoi bien facile à comprendre parmi les promeneurs qui encombraient les rues voisines et un grand nombre de curieux se dirigèrent au pas de course vers l'endroit où l'attentat venait d'être commis.

Les détectives Georges Thibault et James Walsh, qui étaient de service dans le district eurent bientôt vent de l'attentat, et ils se joignirent aux chasseurs d'hommes divisés en trois groupes.

L'arrestation

L'établissement Webster et les dépendances avaient déjà été visités plusieurs fois de fond en comble, mais l'on n'avait pu rien découvrir de suspect. Les agents allaient abandonner les recherches, lorsqu'ils remarquèrent à une trentaine de pas plus loin, un hangard dont la porte était hermétiquement close. Ils s'y rendirent, et s'armant d'une pince, ils eurent vite fait d'enfoncer la solide porte qui assujettie à l'Intérieur, avait d'abord résisté à leurs efforts.

Comme ils s'élançaient dans la pièce, les deux intrépides agents entendirent une grosse voix, venant d'un angle obscur.

"Si vous faites un pas, disait une voix menaçante, si vous ne levez pas les mains en l'air, vous êtes morts." En même temps, l'on entendait dans le silence effrayant qui suivit le bruit d'un révolver qu'on armait.

Sans se laisser intimider, Thibault et Walsh se saisirent de leurs révolvers et crièrent d'un commun accord :

"Nous sommes ici pour vous arrêter, et nous vous aurons, morts ou vifs! Levez les mains ou nous tirons!" "Très bien, je me rends", fit la voix. On fit de la lumière et les agents s'aperçurent alors qu'ils avaient affaire à deux hommes qu'ils firent prisonniers et qu'ils conduisirent à la Sûreté.

Arsenal vivant

Là, ils ont dit s'appeler Michael Kelly et Joseph Wilson et n'avoir pas de demeure à Montréal.

Quand on fouilla Kelly, on trouva sur lui un révolver chargé, plusieurs cartouches, des mèches, de la dynamite, une scie, un morceau de savon, une montre, une lanterne électrique.

Le malheureux avait aussi dans l'une de ses poches une bouteille contenant une chopine de nitroglycérine.

"Il y avait assez de ce formidable explosif, nous disait un homme qui s'y connaît, pour faire sauter tout le palais de justice ou l'hôtel de ville.

Tous deux avaient cependant donné de faux noms. L'Inspecteur McLaughlin qui a eu l'occasion de voir la plupart des criminels célèbres du continent, en examinant Kelly, le reconnut aussitôt pour un nommé Pat Malone, l'un des briseurs de coffres-forts les plus en renom en Amérique. Il est âgé de 54 ans et a voyagé à travers le monde, à la recherche d'aventures qui l'ont souvent conduit au pénitencier, nous déclarait l'inspecteur de la Sûreté. Il est né à Montréal, rue Hermine, et ses parents étaient très respectables. Pat est entré très jeune dans le monde du vice, mais c'est surtout comme briseur de coffres-forts qu'il a acquis une certaine notoriété.

Le véritable nom de Joseph Wilson est Dick Flanagan. Il est né à Québec, mais il est venu à Montréal alors qu'il était encore très jeune. Il est aujourd'hui âgé de 41 ans.

Un audacieux exploit

Malone faisait une réapparition dans la région après une très longue absence, soit depuis son évasion à la suite d'un coup contre le coffre-fort de la société Goulet, à Joliette.

Il était traqué par deux détectives : L. G. Crevier qui devait ensuite passer à l'emploi de CPR comme inspecteur, et P. McCaskill, qui devait diriger plus tard la Sûreté provinciale. Ces deux hommes travaillaient pour l'agence d Silas H. Carpenter, qui allait devenir plus tard chef d la Sûreté de Montréal, puis de celle d'Edmonton.

Malone fut rejoint à Sainte-Anne-des-Plaines où il livra un duel au révolver à Crevier avant d'être arrêté. Mais une bonne nuit, il forçait la porte de sa cellule et prenait la clef des champs. On ne l'a plus revu au Canada jusqu'à samedi dernier.

On ne saurait terminer ce compte-rendu sans mentionner le fait suivant: Parlant de la bouteille de nitroglycérine trouvée sur Pat Malone, l'inspecteur McLaughlin racontait le fait suivant : Une nuit, des cambrioleurs sont surpris par la police de Philadelphie. Comme ils fuyaient les agents, un de ceux-ci tira un coup de révolver sur l'un des fuyards. Or, le malheureux ayant justement une bouteille de nitroglycérine dans sa poche. Le projectile frappa la bouteille et il se produisit une explosion qui réduisit le voleur en atomes.

(Le texte paru dans l'édition de La Presse du 17 novembre 1913. Le crime y décrit fut commis dans la soirée du 15 novembre).

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Plus dans Des nouvelles pas fraîches

  • Désastre en Beauce

    Désastre en Beauce L’Action catholique, 1er août 1917 L’inondation cause un désastre incalculable dans les villages de Beauce Sainte-Marie et Scott sont ravagés – Nombre de maisons sont inondées et emportées par les flots – les récoltes sont détruites – nombreux sauvetages – une perte de près de deux millions. L’eau a...

  • Asile de Beauport

    Inauguration de l’Asile des aliénés de Beauport UNE FÊTE EXTRAORDINAIRE – Le nouvel Asile des Aliénés à Beauport, sur la terre appartenant autrefois au juge de Bonne, a été inauguré mardi soir par une fête d’un genre nouveau, à laquelle MM. les docteurs James Douglas, Morrin et Frémont, propriétaires de cet établissement,...

  • Le cas d’Eva Roch

    Le dernier sommeil d’Eva Roch Eva Roch, la dormeuse de la rue Marie-Anne, est décédée (Le cas d’Eva Roch a mystifié les médecins des États-Unis et du Canada. Recherches réalisées par Vicky Lapointe, blogue Histoire, Patrimoine et Multimédia) Mlle Eva Roch, la célèbre dormeuse de la rue Marie-Anne, est décédée hier après-midi...

  • Accident du réservoir des plaines d’Abraham

    Accident lors de la construction du réservoir des plaines d’Abraham en 1932 (Les recherches ont été réalisées par Vicky Lapointe, blogue Patrimoine, Histoire et Multimédia) Les travaux de construction du réservoir d’eau sous les plaines d’Abraham à Québec ont duré de 1931 à 1933. L’Action catholique, 10 août 1932 UNE PARTIE DE...

  • Enlévement par hypnotisme

    Un enlèvement au moyen de l’hypnotisme Albert Cuillerier, un jeune Montréalais, déclare avoir été entraîné à New-York par un homme étrange qui l’aurait magnétisé – Ses parents plongés depuis une semaine dans une anxiété inexprimable Le jeune Albert Cuillerier, un garçon de quinze ans, joli, intelligent, l’idole de sa famille, est disparu...

  • Deux siamoises

    Deux siamoises sont nées à Saint-Benoît (Recherches réalisées par Vicky Lapointe, le résultat publié pour la première fois sur les pages de son blogue Patrimoine, Histoire et Multimédia : Des siamoises sont nées Le 29 janvier 1878, le curé de la paroisse Saint-Benoît (aujourd’hui intégrée à Mirabel) a consigné dans les registres...

  • Victime de la boisson

    Victime de la boisson à Fitch Bay Le Courrier du Canada, 20 janvier 1869 Triste mort – avertissement Geo. A. Gustin, fils de M.Loren Gustin, de Fitch Bay, (Canton de Stanstead), âgé d’environ 17 ans, est mort dans les circonstances pénibles suivantes, dimanche dernier au soir. Ce jeune homme, en compagnie de...

  • Notaires mystifiés

    Des notaires mystifiés 28 notaires ont été victimes d’une mystification Appelés en pleine nuit dans la rue Champlain pour un prétendu mourant. La police intervient Vingt-huit notaires ont été victimes d’une mystification de fort mauvais goût au cours de la nuit de lundi à mardi. Ils ont été appelés à une maison...

  • Mort de l’écumeur des plaines

    La mort de l’écumeur des plaines 1854 :  L’écumeur des plaines, F.-X. Aubry meurt à Santa Fe, Nouveau-Mexique Recherches et première publication : Vicky Lapointe, blogue Histoire, Patrimoine et Multimédia Voici un article à propos de François-Xavier Aubry, né au nord de Louiseville le 3 décembre 1824 et qui termina sa vie...