Des nouvelles pas fraîches

Avalanche mortelle

Avalanche mortelle

Avalanche mortelle 

L’avalanche est survenue à 1 h 45 et à 4 h, le 1er janvier 1999.

"J'ai vu qu'ils sortaient un bébé de la neige. Il était tout froid, mais il vivait. À voir ce qui reste de l'école, c'est incroyable qu'il n'y ait pas eu plus de victimes », a constaté Anne Lanteigne en regardant les débris de l'école de Kangiqsualujjuaq, où elle enseigne depuis 11 ans.

Mme Lanteigne est l'une des rares personnes qui n'étaient pas présentes à la fête du Nouvel An, jeudi soir, quand des tonnes de neige dure ont dévalé la montagne et enseveli l'école et le gymnase attenant.

Sur la recommandation d'experts du ministère des Transports, arrivés sur les lieux de l'avalanche à Kangiqsualujjuaq, la Sûreté du Québec a évacué une dizaine de bâtiments situés le long de la montagne. Des spécialistes des avalanches sont attendus demain matin, pour une expertise plus poussée.

Neuf personnes sont disparues, dont cinq enfants. Vingt-cinq sont blessées. L'école est détruite. Et beaucoup ont perdu leurs biens. Les motoneiges toujours encastrées dans l'école éventrée témoignent de la force de l'avalanche, une calamité peu commune au Québec.

Il est possible que les funérailles de tous les disparus ne soient pas célébrées ensemble. Un bûcher destiné à réchauffer la terre gelée pour permettre de creuser les tombes a été échafaudé.

Toutes les lumières et décorations de Noël ont été retirées, en signe de deuil.

La Presse, 2 janvier 1999

Voir aussi :

1 commentaire

  1. chanelle

    2012/04/24 at 2:12

    il ne dise pas les désastre sur l’environnement.
    on ne peux pas faire notre travail !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>