Des nouvelles pas fraîches

Le métro a 25 ans

Le métro a 25 ans

Le métro a 25 ans

Le métro de Montréal a 25 ans, et le vieillissement du réseau commence à se faire sentir. Aussi 55 millions de dollars seront-ils investis au cours des prochains mois pour prolonger la durée de vie utile de 336 wagons datant de 1966.

En fait, c’est plus de 200 millions que la STCUM devra investir d’ici quelques années pour conserver dans un état convenable cet actif évalué à plus de deux milliards.

Lors de son ouverture – le 14 octobre 1966 – le métro avait déjà fait couler beaucoup d’encre. Dès 1910, la Montréal Street Railway Company étudiait la possibilité de construire un métro. La population de Montréal était alors de 500 000 habitants et les grandes villes du monde tels New York, Londres et Paris, avaient déjà inauguré leur métro urbain.

Un peu plus tard, en 1929, l’ancien président de la Montreal Tramway faisait remarquer qu’aucune solution réelle aux problèmes du transport urbain n’interviendrait avant la construction d’un métro. Même à l’époque, on affirmait que la présence du métro permettrait d’augmenter la vitesse moyenne des automobilistes et de diminuer l’encombrement des rues.

Malgré de nombreux projets, l’idée du développement d’un système de transport rapide demeura en suspens jusque dans les années cinquante. En 1951, la création de la Commission de transport de Montréal (CTM) «étatisait» le réseau montréalais de transport en commun. La CTM déposa à la Ville de Montréal, le 23 octobre 1953, un rapport de quatre documents incluant les plans d’un futur métro – qui n’eut pas de suite faute de décision et de fonds.

À la fin des années cinquante, Montréal connaît une période de croissance effrénée. Le Québec vit de profonds changements; c’est l’époque de la Révolution tranquille. Au moment des élections municipales de 1960, le projet d’un métro entrait dans le champ politique. Dès 1961, des ingénieurs et des architectes constituèrent le Bureau du métro, chargé de la préparation des plans, des cahiers des charges, des appels d’offres publics et de la surveillance des travaux. L’inauguration officielle de cet immense chantier eut lieu le 23 mai 1962.

Au plus fort des travaux, qui durèrent quatre ans, quelque 5000 ouvriers travaillaient au projet. Le réseau initial, avec ses 26 stations réparties sur une distance de 25,9 kilomètres, fut entièrement conçu, réalisé et financé par la Ville de Montréal, au coût de 213,7 millions $. Le 14 octobre 1966, vingt des vingt-six stations du réseau initial furent ouvertes au public.

(Texte publié le 14 octobre 1991 dans La Presse).

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>