Des nouvelles pas fraîches

Allophones adoptent le français

Allophones adoptent le français

Allophones adoptent le français

37% des allophones adoptent maintenant le français

La proportion de Canadiens parlant le français a la maison continue sa lente chute à travers le pays. Mais au Québec, où le pourcentage d’allophones adoptant le français vient de bondir, la situation demeure tout à fait stable.

Voilà en effet ce que révèle une étude de Statistique Canada rendue publique hier (le 12 janvier 1993) et effectuée à partir des données recueillies durant le recensement de 1991.

Ainsi, même si le nombre de Canadiens parlant le français à la maison a augmenté, passant de 6,032 millions en 1986 à 6,29 millions en 1991, leur poids relatif au sein du Canada a diminué passant de 24,1% à 23,3%.

Au Québec, en revanche, la place du français est demeurée tout à fait stable. En 1986, 83,1% de la population parlait français; aujourd’hui, 83% de la population parle cette langue, et même 83,4%% si on exclut les résidents non permanents – demandeurs du statut de réfugié, étudiants, etc., inclus pour la première fois dans les statistiques en 1991 – pour rendre les statistiques plus comparables aux données de 1986.

Les porte-parole des communautés culturelles se réjouissent de l’augmentation du taux de francisation des allophones, qui est passé de 29% en 1986, à 37% en 1991.

(Publié le 12 janvier 1993).

À lire également :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>