Des nouvelles pas fraîches

Où conduit la boisson

Où conduit la boisson

Où conduit la boisson

Des parents dénaturés battent leur petite fille pour la faire mendier. La mère vend le voile de première communion de la fillette

Dans une maison portant le numéro 122, rue Dufresne, à Montréal, habite depuis quelques semaines une famille composée du père, de la mère et de deux enfants : un petit garçon de sept ans, Arthur, et une bambine de 12 ans, Florida.

Les parents, depuis leur mariage, s’adonnent à la boisson.

Cette nuit, vers 12.30 heures, à la suite d’accusations portées par une âme charitable, les indignes parents ont été arrêtés. Un seul lit servait à toute la famille.

Les voisins et la petite fille ont fait les déclarations suivantes au recorder (reporteur) :

Depuis quatre ans, la petite Florida était en butte aux plus mauvais traitements. Durant le rigoureux hiver de l’année dernière, on la battait pour la forcer à mendier par les rues.

«Je n’ai jamais voulu dénoncer maman, dit la petite; marraine m’a dit qu’elle était bien bonne pour moi, quand j’étais bébé».

Le petit garçon n’a pas les mêmes sentiments. Il blasphème comme le pire voyou de la rue.

Pour se procurer de la boisson, la mère a vendu jusqu’à son linge de corps, jusqu’au voile de première communion de la petite Florida.

Cette affaire va se dérouler bientôt à huis clos.

(Ce texte paru dans le quotidien La Presse le 7 octobre 1903, illustre fort bien la préoccupation du journal pour le sort des laissés pour compte de la société de l’époque).

backyard

Triste destin, celui des enfants abandonnés. Photo : © GrandQuebec

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>