Des nouvelles pas fraîches

L’affichage bilingue sera permis

L’affichage bilingue sera permis

L'affichage bilingue sera permis à l'intérieur des commerces

L'affichage en anglais ou en toute autre langue sera désormais permis à l'intérieur des commerces au Québec. Le gouvernement de Robert Bourassa utilisera toutefois une clause dérogatoire pour maintenir l'unilinguisme français à l'extérieur, même si la Cour suprême estime que cela est contraire à la liberté d'expression.

"Ce fut une décision très difficile", a soutenu le premier ministre Robert Bourassa. "Le Québec francophone est inquiet de son rôle en Amérique, de son déclin démographique, et demande protection", a-t-il.

Il a imploré les anglophones de son caucus de ne pas claquer la porte. Par son choix, le gouvernement demande "une énorme concession" aux anglophone en niant leur droit d'afficher dans leur langue à l'extérieur de leurs commerces, en dépit du jugement de la Cour suprême. M. Bourassa a dit "souhaiter" que les élus anglophones qui réfléchissent sur leur avenir "décident de rester à l'intérieur du parti libéral".

"Les juges interprètent la loi. Le gouvernement doit l'appliquer", a-t-il dit. Selon la Cour suprême, le français est menacé, a souligné M. Bourassa. Le gouvernement a donc opté pour l'unilinguisme à l'extérieur pour protéger le visage français et "clairement dire aux immigrants, à quel groupe ils doivent s'intégrer".

La levée de la clause dérogatoire, prévue pour cinq ans dans la constitution – "dépendra du climat de sécurité ou d'insécurité culturelle".

(Cela s'est passé le 18 décembre 1988).

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>