Québec musical

Maison Casavant Frères

Maison Casavant Frères

Maison Casavant Frères

Fondée en 1879 par Joseph-Claver et Samuel, deux fils de Joseph Casavant, la Maison Casavant Frères est une maison de facteurs d’orgues réputée et reconnue comme étant l’une des cinq premières facteurs d’orgues au monde.

Cette entreprise patrimoniale du Québec a réalisé plus de 4 000 instruments à ce jour, installés dans des dizaines des pays, mais surtout au Canada, aux États-Unis, au Japon et au Mexique.

À l’âge de 27 ans, Joseph Casavant, forgeron de métier, décida d’abandonner son commerce et de s’inscrire au Collège de Sainte-Thérèse. Pendant ses études, l’Abbé Ducharme lui demanda de restaurer un vieil orgue laissé en plan par quelque artisan de passage. L’Art du Facteur d’Orgues, célèbre traité publié en 1766 par Dom Bedos de Celles, servit de guide à M. Casavant dans cette entreprise.

M. Joseph Casavant commence à construire des orgues vers 1840, à Saint-Hyacinthe, quand il reçoit sa première commande d’orgue neuf. En 1866, lorsqu’il se retire des affaires, il compte à son actif pas moins de dix-sept instruments, dont deux de grande importance pour les cathédrales catholiques de Bytown (Ottawa) et Kingston.

En 1874, après son décès, la petite entreprise est héritée par ses fils Joseph-Claver et Samuel.

Les deux fils de Joseph, partagèrent la passion de son père pour la facture d’orgues et après sa retraite, ils travaillèrent dans l’atelier de son successeur, Eusèbe Brodeur, mais ils comprirent que pour poursuivre l’œuvre de Joseph, ils devaient parfaire leurs connaissances. En 1878, ils se rendent en France, où ils travaillèrent dans l’atelier de John Abbey à Versailles, sous la direction du maître Aristides Cavaillé-Coll.

Les frères Casavant parcoururent l’Europe, étudiant des orgues célèbres en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, en France, en Italie, en Suisse.

De retour à Saint-Hyacinthe en 1879, ils fondèrent l’entreprise Casavant Frères à l’emplacement de l’atelier actuel. Tout d’abord, ils destituent M. Eusèbe Brodeur, gérant de la compagnie qui avait commencé la fabrication des instruments sous son propre nom. Dans leur première publicité, les frères annonçaient: «nous sommes en mesure de pouvoir construire des instruments avec tous les derniers perfectionnements, tels que: Pédalier Concave, Pédale d’Expression à double mouvement, Claviers Rapprochés, Frein Harmonique, etc.».

Le premier instrument neuf de Casavant Frères (opus 1) fut construit pour la Chapelle Notre-Dame-de-Lourdes de Montréal en 1880-1881. Il existe toujours, rue Sainte-Catherine, à Montréal. Il s’agit d’un orgue mécanique de deux claviers et treize jeux pour la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes à Montréal. Au moment de la construction de cet orgue, Claver avait 24 ans et Samuel, 20.

Ainsi débute la longue histoire de la maison. Tout au long de leur vie professionnelle, les frères Casavant travaillèrent de la même façon, ayant comme outils de travail le savoir-faire de leur père et le livre de Dom Bedos de Celles, l’un des plus grands facteurs d’orgues. Un exemplaire de son traité l’Art du facteur d’orgues fait partie des archives de la Maison Casavant Frères.

La deuxième réalisation des frères fut l’orgue destiné à la basilique Sainte-Anne d’Ottawa, en Ontario. L’instrument fut électrifié en 1898 par ses fabricants, mais toujours en prenant soin de conserver au maximum son aspect et sa sonorité d’origine.

L’orgue de quatre claviers et quatre-vingt-deux jeux installé à l’église Notre-Dame de Montréal en 1891, établit la réputation internationale de Casavant Frères. Le premier instrument destiné aux États-Unis, fut installé en 1895 à Holyoke, au Massachusetts.

Les deux frères reçurent plusieurs récompenses, dont le Grand Prix de l’exposition internationale d’Anvers tenue en Belgique en 1930.

Au cours de la dernière décennie de travail des deux frères, ils engagèrent Stephen Stoot, un jeune artisan formé en Angleterre. Inventif, il fut responsable de plusieurs améliorations techniques, notamment un système de contacts de claviers et de pédalier des plus fiables et un mécanisme conférant aux claviers un toucher proche de celui d’un orgue à traction mécanique. Utilisé de façon ininterrompue depuis plus de 90 ans, ce système très apprécié des organistes constitue la marque de commerce des claviers Casavant.

Stephen Stoot, organiste accompli, harmonisa ses premiers instruments sous la direction des deux frères avant de succéder à Claver Casavant après sa mort. L’exemple le plus éloquent de son travail est l’orgue de 84 jeux qu’il érigea en l’église Saint-Roch à Québec en 1943.

Des directeurs artistiques de la maison, on peut citer Lawrence Phelps, dont la passion pour la facture d’orgues, comme pour son histoire et son répertoire, le guida vers le concept, obscurci depuis quelques décennies, d’unité de la conception et de la structure; Gerhard Brunzema, qui devint le directeur artistique après une longue association avec Jürgen Ahrend dans l’entreprise allemande Ahrend & Brunzema; Jean-Louis Coignet, qui favorisa une approche pratique de la conception sonore, basée sur une synthèse des principes classiques, symphoniques et modernes; Jacquelin Rochette, qui a fait profiter l’entreprise de son expérience de vingt ans dans la facture d’orgues, mais aussi de son expérience comme concertiste et organiste liturgique, deux éléments essentiels à sa vision de l’orgue et de sa conception sonore.

Casavant Frères se voit souvent attribué l’honneur de construire des instruments prestigieux suite à des appels d’offre ouverts aux facteurs du monde entier. Parmi les exemples récents, l’orgue monumental de cent vingt-neuf jeux construit pour la Broadway Baptist Church à Fort Worth, Texas, l’orgue du Chicago Symphony Orchestra Hall, l’orgue d’inspiration symphonique française de la Brick Presbyterian Church à New York.

De nos jours, la Maison Casavant, c’est la plus ancienne entreprise associée à la facture d’orgues en Amérique du Nord.

Le 14 novembre 1991, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada a érigé une plaque à la mémoire de Joseph Casavant, à Saint-Hyacinthe, là même où il construisait ses orgues et où ses deux fils, Claver et Samuel, ont établi la Maison Casavant Frères.

Pour en apprendre plus sur la maison Casavant Frères, visitez son site Web officiel: www.casavant.ca

grand_prix_anvers

Diplôme de Grand Prix de l’Exposition internationale d’Anvers de 1930. Source de la photo : Maison Casavant Frères

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>